Un chevalet pour monter nos réseaux

Echanger des trucs, construire le modélisme de demain...

Modérateur : MOD

Répondre
Tonton Jean
Expansif
Messages : 2529
Enregistré le : lun. 19 nov. 2007, 21:09

Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Tonton Jean » sam. 12 oct. 2019, 11:48

Monter et démonter un réseau en exposition où à l'atelier est une activité physique qui demande de la précision.
Depuis plus d'une vingtaine d'année le CFFC utilise un chevalet articulé pour mettre les éléments à la bonne hauteur. Ce vénérable accessoire montrant quelques signes de fatigue, nous avons décidé d'en refaire un neuf, un peu plus rigide, en raison de dioramas de la Maurienne dont le poids est devenu respectable à cause de nombreux rochers en plâtre.

Cela se construit en un après-midi et revient à une centaine d'euros.
1.jpg
Faisons l'inventaire des pièces nécessaires :
- 4 montants, repère 1, longueur 1,5 m section 65 x 28 mm, sapin (produit acheté = longueur 2 m).
- 1 traverse intérieure basse, repère 2, longueur 0,5 m (rab des 4 montants).
- 1 traverse intérieur haute, repère 3, longueur 0,5 m (idem). Le dessus est arrondi en raison du changement de son inclinaison selon la hauteur à laquelle le chevalet est réglé.
- 1 traverse extérieure basse, repère 4, longueur 0,556 m, section environ 65 x 28 (nous avons utilisé du 45 x 28 en stock).
- 1 traverse extérieure haute, repère 5, dimensions identiques à 4, dessus arrondi.
- 1 entretoise articulée, repère 6, fixée sur l'intérieur, longueur à peine inférieure à 0,556 m pour qu'elle puisse tourner au fur et à mesure que le chevalet s'ouvre ou se referme.
- 1 entretoise articulée, repère 7, fixée sur l'extérieur, longueur à peine inférieure à 0,548 (idem).
- 1 tige filetée M8 de 1 m de long recoupée à 0,8 m ce qui suffit pour obtenir la course nécessaire aux manipulations.

Les liaisons entre les pièces fixes sont faite avec deux vis assez longues. De la colle est inutile car elle ne tient pas sur le bois de bout (extrémités des traverses). Remarquons que les extrémités des montants sont arrondis.
2.jpg
les entretoises sont articulées, une sur le cadre extérieur, l'autre sur l'intérieur. Pendant les opérations pour monter ou descendre, elle vont rester dans le plan vertical. Les articulations sont faites par un morceau de tube aluminium de diamètre 8 (que nous avions sous la main) mais tout axe métallique de ce diamètre peut convenir. Cet axe de rotation est emmanché dans l'extrémité de l'entretoise sur une profondeur de 40 mm. Cela suffit pour le maintenir en place. Il faut donc préparer 4 axes.
3.jpg
L'articulation centrale est placée au milieu des montants. Il s'agit d'une tige filetée M8 passant dans un tube (ici diamètre extérieur 12). A l'extérieur une rondelle et un écrou freiné (de chaque côté) terminent cette articulation.
4.jpg
Deux montants sont dotés de roulettes qui dépassent de quelques mm de l'arrondi d'extrémité. Lorsque le chevalet s'ouvre ou se referme, les appuis au sol des montants se déplacent. Là, il y en a deux fixes et deux mobiles comme sur tous les mécanismes de ce type (voir les chargements dans les aéroports).
5.jpg
La tige filetés M8 (tous nos vissages de réseaux sont normalisés à M8 ce qui facilite les manipulations = un seul embout fait tout) comporte à cette extrémité : un écrou appuyant sur une rondelle (c'est là que viendra s'appliquer l'embout de la visseuse) puis un second écrou bien serré contre la rondelle et le premier. Ensuite une rondelle libre servant d'intermédiaire avec une plaque métallique ou cet ensemble prendra appui. Les indications en vert rappellent aux étourdis que le montage doit se faire dans ce sens (expérience vécue..). De l'autre côté, le mauvais, c'est écrit en rouge !
6.jpg
L'autre entretoise porte l'écrou : écrou à frapper (avec des griffes). Il est fixé de telle façon que les efforts plaquent le côté avec des griffes et non le contraire. Il faut donc enfiler la vis M8 dans le bon sens , c'est écrit en vert.
7.jpg
De l'autre côté de l'entretoise se trouve l'écrou à griffe, ici protégé par une plaque métallique au cas où un inconscient viendrait à pousser la vis M8 ce qui pourrait faire sortir cet écrou de son logement malgré un renfort à l'Araldite. En rouge, il est bien noté que la vis ne doit pas être enfilée de ce côté (certains ont essayé, ils ont eu des problèmes...)
8.jpg
Et voilà, le montage est reminé. La largeur du chevalet est à adapter selon les besoins. Il permet de placer les modules à la hauteur désirée et l'utilisation d'une perceuses-visseuse est très pratique, précise et sans efforts. Sur un chevalet abaissé il est facile de poser un élément puis de le mettre à la bonne hauteur, de le déplacer. La charge peut dépasser 40 kg sans problème (nous avons une longue expérience de ce type d'engin).
Une construction métallique est possible mais elle fait appel à des moyens de réalisation que nous ne possédons pas.
9.jpg

Avatar du membre
Serge de Bollène
Intarissable !
Messages : 5408
Enregistré le : dim. 01 avr. 2012, 19:37
Echelle pratiquée : HO
Localisation : Bollène, Vaucluse
Âge : 60

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Serge de Bollène » sam. 12 oct. 2019, 12:06

Beau montage de menuiserie. :)

J'ai apprécié les angles cassés par un léger ponçage. :wink:

Peut-être envisagez vous un petit coup de vernis (incolore ?) pour protéger le tout ? :gne:
Amicalement.

Serge

Tonton Jean
Expansif
Messages : 2529
Enregistré le : lun. 19 nov. 2007, 21:09

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Tonton Jean » sam. 12 oct. 2019, 12:22

Même pas !
La patine des siècles (!) fera son effet.

Avatar du membre
Philippe de l'Est
Intarissable !
Messages : 3563
Enregistré le : mer. 17 sept. 2014, 23:19
Echelle pratiquée : HO
Prénom : C'est pas De l'est
Âge : 68

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Philippe de l'Est » dim. 13 oct. 2019, 02:11

Ca tombe à pic ! Je voulais remplacer les pieds de mes modulinos par des tréteaux !
Pas en expo ofgicielle, bien sur ;)

Philippe de l'Est
Que dire en 30 caractères? Pff

Avatar du membre
Prof
MIMO pur jus
Messages : 26550
Enregistré le : ven. 12 août 2005, 22:23
Echelle pratiquée : H0
Prénom : Michel
Club : RMC Castres
Site Internet : http://rail.castrais.free.fr
Localisation : 81-Castres
Âge : 76

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Prof » dim. 13 oct. 2019, 09:11

Quand notre club participe à une expo, il demande (poliment mais fermement) qu'on mette à sa disposition au moins une table ; ça aide.
Philippe de l'Est a écrit :
dim. 13 oct. 2019, 02:11
Ca tombe à pic ! Je voulais remplacer les pieds de mes modulinos par des tréteaux !
Note que tu peux trouver des tréteaux à moins de 10 €
Philippe de l'Est a écrit : Pas en expo officielle, bien sur ;)
En effet parce que sans ça, où fixer les pieds des crémaillères ?
fixation-crémaillères.jpg
fixation-crémaillères.jpg (99.72 Kio) Vu 872 fois
Je suis toujours mimo d'Oc

Avatar du membre
Renato
Intarissable !
Messages : 18051
Enregistré le : sam. 01 mars 2008, 16:00
Echelle pratiquée : H0 1958-75
Club : Rigollots®
Localisation : Sous les ogives du Midi

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Renato » dim. 13 oct. 2019, 13:30

Philippe de l'Est a écrit :
dim. 13 oct. 2019, 02:11
Ca tombe à pic ! Je voulais remplacer les pieds de mes modulinos par des tréteaux !
Ça frise l'excommunication, ça... :gne:
:noel:

Sinon, pour le vernis, je ne peux que plussoyer l'idée : pas besoin d'attendre des siècles de patine, les pognes sales de fin d'expo suffiront au bout de deux ou trois fois. :?
Gars de gare égaré

Avatar du membre
Roc
Promesse tenue
Messages : 21254
Enregistré le : jeu. 22 févr. 2007, 12:51
Prénom : Olivier
Club : Intermittent des Rigollots©
Localisation : Aude
Âge : 51

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Roc » dim. 13 oct. 2019, 13:51

Surtout avec des Modulinos : tu peux être sûr d'avoir une excellente finition huilée. :noel:

Avatar du membre
Gibi
Exubérant
Messages : 2610
Enregistré le : ven. 27 janv. 2017, 02:44
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Bernard
Site Internet : https://gibitrains.pagesperso-orange.fr/
Âge : 68

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Gibi » dim. 13 oct. 2019, 15:50

Excellente idée que ce chevalet-cric ! Il me permettra de moins souvent solliciter ma femme pour manœuvrer mes (sortes de) modules...
:applause:

Avatar du membre
Bravigou
Intarissable !
Messages : 8113
Enregistré le : mer. 19 déc. 2012, 17:16

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Bravigou » dim. 13 oct. 2019, 16:47

Tonton Jean a écrit :
sam. 12 oct. 2019, 11:48

Cela se construit en un après-midi et revient à une centaine d'euros.
Tu es sûr de ta fiche de débit passke grosso modo, visserie au poids 2€ à 5€, lambourdes de volet en 2m80 (53/30) 2 pieçes rabotées 8€, 1m de tige filetée en 8mm 1€50, sauf si tu en construis 20 bien sûr.

Autant la colle en bois de bout ne tient pas, autant le vissage est aussi inefficace, sauf deux astuces: tenon mortaise ou plus moderne pour fénéant le "domino festool" soit si tu as fraises à bouchonner et perceuse colonne, un trou de diam 35' un bouchon en 35 bois de fil collage puis vissage dans le bois de fil: indestructible!

Enfin, très efficace pour un feignant comme moi, deux écrous contre serrés a l'extrémité OUI et une douille de 13 reliée à une visseuse, soit ta tige filetée pliée en manivelle, ça fait des réglages micrométriques.

En tous cas c'est un super procédé pour adapter des hauteurs sans calages ubuesques.
Luxembourg 2020..........

Avatar du membre
Roc
Promesse tenue
Messages : 21254
Enregistré le : jeu. 22 févr. 2007, 12:51
Prénom : Olivier
Club : Intermittent des Rigollots©
Localisation : Aude
Âge : 51

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Roc » dim. 13 oct. 2019, 17:33

Ouais enfin, Domino© Festool, à 700€ la machine (et encore, je suis gentil), ça fait cher le chevalet ! :mort:

Sinon, on peut coller du bois de bout, en faisant un premier encollage du fameux bout, que les fibres pompent la colle et se saturent.
Faudra peut-être pas demander la Lune au collage définitif, mais ça marche.
Souci : il faut absolument que la face sciée soit parfaitement plane et d'équerre (ce qui est épouvantablement difficile à réaliser si on n'a pas un matériel pro ou au minimum semi-pro, ou éventuellement un très bon coup de rabot et un gabarit... mais si on en est là, on sait aussi faire un assemblage tenon/mortaise).

Finalement, deux grandes vis, c'est pas si mal (et c'est d'ailleurs ce que font les charpentiers qui réalisent des maisons à ossature bois).

Tonton Jean
Expansif
Messages : 2529
Enregistré le : lun. 19 nov. 2007, 21:09

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Tonton Jean » dim. 13 oct. 2019, 18:14

Notre facture dépasse de peu les 100 euros ! Je n'ai pas comptabilisé des pièces tenues en réserve comme des morceaux de tube alu, des vis ou des écrous.

Désolé, mais le vissage en bout tient ! Notre précédent chevalet, pourtant plus léger, tenait comme cela, sans mortaise ou tourillon. Il était encore en état de fonctionnement après de multiples montages et démontages (en principe autant de l'un que de l'autre) et travaux en atelier. Nos éléments les plus lourds atteignent 35 kg, et ce chevalet, prévu pour des charges plus modestes, a toujours bien rempli son office.

Alors je confirme : des vis, assez longues quand même, sont largement suffisantes pour tenir les traverses. Et cela se démontre !
fendage.jpg
La liaison montant / traverse dépend de deux actions mécaniques :
- le serrage des vis qui plaquent deux surfaces l'une contre l'autre : estimons un effort des serrage de 200 N par extrémité (ce qui est peu) un coefficient de frottement pris volontairement faible de 0,3. Cela donne une résistance à un effort qui aurait tendance à faire descendre la traverse de 200 x 0,3 x 4 (il y a deux côtés à deux extrémités) = 120 N (ou 12 kg).
- l'encastrement des vis dans les traverses : des vis de diamètre 4 pénétrant dans les traverses sur une profondeur de 35 mm font (en première approximation) une surface d'appui de 140 mm² par vis. Comme ces dernières sont coniques, réduisons cette valeur à 100 mm² ou 1 cm². Cela s'applique sur 4 vis par traverse donc sur 4 cm². En traction transversale, la contrainte admissible est de 6 kg /cm² (sapin catégorie 2) ce qui donne un poids admissible de 24 kg. Cette approche ne tient pas compte du fait que les éprouvettes d'essais sont de forme différente, plus propice au fendage qu'un morceau de bois massif qui entoure la zone sollicitée par les efforts. Avec un coefficient de sécurité de 3, un tel assemblage pourrait (théoriquement) se détériorer pour une charge de 72 kg sur une seule extrémité.
Si l'on ajoute les 12 kg obtenus par frottement le chevalet devrait résister à une charge de 60 kg (24 + 24 +12) tout en restant dans le domaine de la résistance élastique. Je suis persuadé que ce montage peut en supporter beaucoup plus et que le point faible pourrait être la résistance à la flexion des montants quand le chevalet est en position basse, voire l'articulation centrale où il y a de la compression perpendiculaire aux fibres.

Comme notre précédent chevalet, plus léger, a "tenu le coup" j'estime que ces calculs sont bien en dessous de la résistance mécanique réelle de cette nouvelle structure.

Avatar du membre
Bravigou
Intarissable !
Messages : 8113
Enregistré le : mer. 19 déc. 2012, 17:16

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Bravigou » dim. 13 oct. 2019, 21:41

Roc a écrit :
dim. 13 oct. 2019, 17:33
Ouais enfin, Domino© Festool, à 700€ la machine (et encore, je suis gentil), ça fait cher le chevalet ! :mort:
Non tu n'es pas gentil, juste dans le cœur du produit, c'était le prix il y a 6 ans quand j'ai pris ma machine et qui m'a fait abandonner la mortaiseuse à bédane et celle à mèche montée en bout d'arbre de dégauchisseuse. Maintenant je n'ai pas dit que c'était obligatoire, bien heureusement, j'ai juste dit que pour un feignant comme moi, c'est rapide précis et surtout extrêmement solide.

Mais si tu veux moins cher il y a aussi le montage par lamellos avec des premiers prix de machines ,inférieurs à 100€.
Enfin, si tu veux faire un montage intermédiaire, il y a aussi la défonceuse mais le temps de faire les gabarits les cadres collés sont deja secs après pressage à la table d'équerre.

Tonton Jean, ne sois pas désolé, ta démonstration est parfaite, seulement je persiste en insistant sur le risque de fendage du bois de bout et du montant en bois de fil. Pour un prix dérisoire , un rondin de diamètre 8 avec un trou de 30 à 40 mm de profondeur réalisé une fois le montage verrouillé par les vis et bien gorgé de colle assuré l'immobilité définitive du montage et empêche le cisaillement. Bon perso c'est çe que j'ai appris de mon CAP de menuiserie et, ce serait mon choix pour un module d'une cinquantaine de kilos.

Mais bon, mon intention en intervenant sur ce fil n'était pas de critiquer mais d'apporter une autre vision du montage d'un cadre. C'est fait maintenant bonne continuation et au plaisir de vous revoir.
Et je me permets d'insister sur le prix du chevalet que je trouve très cher dans l'absolu.
Luxembourg 2020..........

Yves02
Prolixe
Messages : 1944
Enregistré le : mar. 05 déc. 2017, 19:04
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Yves
Localisation : TERGNIER (02)
Âge : 55

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Yves02 » dim. 13 oct. 2019, 22:05

Bonsoir,
J'utilise une tourillonneuse Mafell -> très bon résultat:
Tourillonneuse  261013 (15).jpg
Tourillonneuse devant 2 trous 261013 (17).jpg
Les tourillons existent en 6, 8 et 10 mm x 30 ou 40 mm
Bien à vous
Yves

Tonton Jean
Expansif
Messages : 2529
Enregistré le : lun. 19 nov. 2007, 21:09

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Tonton Jean » lun. 14 oct. 2019, 01:11

Salut Bravigou,
Je me suis bien amusé à plonger dans mes cours pour cette petite démonstration. Il se trouve que j'ai enseigné le bureau d'étude en classe de BTS des industries du bois au Lycée de Mouchard et donc que j'ai aussi quelques connaissances dans ce domaine.
Je ne vais pas reprendre tous les calculs de résistance avec un montage de tourillons qui serait moins performant, pas en cisaillement mais en rigidité latérale car l'effet de pression des vis combiné avec la grandeur des surfaces d'appui des traverses contribue largement au maintien de l'équerrage de l'ensemble. Cette rigidité était un peu limite sous forte charge avec le chevalet version 1 où les sections des bois étaient inférieures mais les liaisons identiques. Et ces liaisons n'ont pas bougé durant une vingtaine d'années d'utilisation. Donc la pratique rejoint la théorie : ça tient !
Si tu seras à Meursault (ou Limoges ou Chambéry) nous pourrons bien volontiers en discuter à notre aise.

Avatar du membre
Philippe de l'Est
Intarissable !
Messages : 3563
Enregistré le : mer. 17 sept. 2014, 23:19
Echelle pratiquée : HO
Prénom : C'est pas De l'est
Âge : 68

Re: Un chevalet pour monter nos réseaux

Message par Philippe de l'Est » lun. 14 oct. 2019, 10:01

Renato a écrit :
dim. 13 oct. 2019, 13:30
Philippe de l'Est a écrit :
dim. 13 oct. 2019, 02:11

Ça frise l'excommunication, ça... :gne:
:noel:
Mouais, mais pour travailler c'est plus facile ! Tréteaux et grosses pinces. Tester sur 9 modulinos sur pied est trop complexe. Deja arrivé à aligner les quelques 7,5m 😉
Suis-je absous mon frère ?⚡
Philippe, de l'Est
Que dire en 30 caractères? Pff

Répondre