Paris - Mulhouse : la ligne 4

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur : MOD

Répondre
Yves02
Volubile
Messages : 2240
Enregistré le : mar. 05 déc. 2017, 19:04
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Yves
Localisation : TERGNIER (02)
Âge : 55

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Yves02 » jeu. 23 janv. 2020, 21:34

Bonsoir,
En 2020, SNCF-Réseau va rénover la marquise en gare de Troyes
Coût total: 12 300 000 €
Des appareils de voie seront renouvelés dans en gare de Bricon.
Le plan de voie sera simplifié en gares de Bar-sur-Aube, et de Montieramey.
A Mulhouse, travaux de voie et préparation pour le rattachement des installations à la Commande Centralisée du Réseau (CCR) de Strasbourg prévu en 2025 (24 M€ en 2020, pour un total de 110 M€).
De Mulhouse à Bâle, ETCS niveau 1, avec mise en service en 2022
Bien à vous
Yves
Modifié en dernier par Yves02 le ven. 24 janv. 2020, 07:31, modifié 1 fois.

CC 72041
Éloquent
Messages : 348
Enregistré le : sam. 20 janv. 2007, 01:11

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par CC 72041 » ven. 24 janv. 2020, 00:48

En fait, c'est déjà en cours depuis 6 mois à Troyes.

A Bar-sur-Aube et Montieramey, ça a déjà été partiellement réalisé (hélas).

Chrisrophe

Fabien 45
Communicatif
Messages : 769
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Fabien 45 » ven. 24 janv. 2020, 20:26

Fabien 45 a écrit :
jeu. 23 janv. 2020, 19:14
Je suis passé aujourd'hui sur le pont de Gretz, les supports sont en place sur les 2 voies coté sud. Coté nord, rien pour le moment mais cela ne devrait plus tarder. en ce qui concerne le pont de la route Melun-Meaux au nord de la gare de Verneuil-l' Etang, lundi, il n' y avait rien de nouveau. Peut-être que la voie 1 est équipée depuis.
Au niveau du pont de la route Melun-Meaux, c' est toujours au même point. La progression du chantier est bizarre: elle a commencé loin de Gretz limite de l' électrification actuelle. Il y a des sections ou les 2 voies sont équipées de supports, d' autres une seule et d' autres encore vierges sur les 2 voies.

Fabien 45
Communicatif
Messages : 769
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Fabien 45 » jeu. 30 janv. 2020, 19:34

Hier, je suis passé sous le viaduc de Longueville, il était entièrement équipé de supports. Pour la voie unique, toujours rien à Provins, je n' ai pas vu au départ de Longueville.

CC 72041
Éloquent
Messages : 348
Enregistré le : sam. 20 janv. 2007, 01:11

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par CC 72041 » jeu. 06 févr. 2020, 12:20

Il y a des supports au départ de Longueville mais je ne crois pas qu'il y en ait sur long.

Christophe

Fabien 45
Communicatif
Messages : 769
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Fabien 45 » ven. 07 févr. 2020, 19:54

Au croisement de la route Melun-Meaux, les supports sont présents sur les 2 voies des 2 cotés du pont. A Gretz-Armainvilliers, rien entre la bifurcation et le pont de la nationale 4.

Chalindrey
Intarissable !
Messages : 4413
Enregistré le : mer. 28 mars 2012, 22:18
Echelle pratiquée : 1 et HO
Localisation : Ligne 4 ou Ligne 15

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Chalindrey » mar. 18 févr. 2020, 22:29

Train 2018 04 30 (40).jpg
Culmont avril 2018.
Chalindrey capitale de la loco

Daniel
Prolixe
Messages : 1998
Enregistré le : sam. 08 oct. 2005, 10:12

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Daniel » mar. 18 févr. 2020, 23:06

C'est vraiment moche.

La gare de l'Est n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fût, quasiment plus de rames tractées, des automotrices partout, de la banlieue aux GL ça me fout le cafard.
Daniel

Occitan
Éloquent
Messages : 394
Enregistré le : jeu. 08 mai 2014, 02:49
Prénom : Michel
Localisation : Aveyron
Âge : 70

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Occitan » mer. 19 févr. 2020, 11:18

..... Daniel, tes propos dépassent la simple notion de nostalgie que l'on pourrait leur attribuer...

Voici pas si longtemps, à Clermont, une dame bien chargée, visiblement descedue du train de Paris, fait irruption sur la plate-forme de "l'Aubrac", déjà encombrée par une clientèle trés "vacances", qui n'avait pu trouver place dans ce train automoteur Clermont-Ferrand-Béziers. (Cet été, à Sévérac le Chateau, nous étions 9 dans le car qui remplaçait l'Aubrac, mais c'est une autre histoire).
Elle regarda à la cantonnade et s'exclama : "Mais... je croyais que c'était un vrai train !".

Cette exploitation tout automoteur, pourrait, me semble-il, réhabiliter celle des trains à tranches multiples. L'attelage automatique, et la faculté de procéder aux essais de frein depuis le poste de conduite, pourrait rétablir assez facilement, je crois, l'opportunité d'engager des liaisons irrigantes vers les lignes adjacentes à la ligne 4.
Chacun pourra imaginer des Troyes-Dijon, Reims, ou Nancy-Besançon, pour ne donner que des exemples spontanés...

Visiblement, c'est un concept ....inconcevable.
Dommage, de ne pas profiter de ces aptitudes techniques pour dynamiser et faciliter ces types de relations directes d'où le train est totalement exclu aujourd'hui.
De ce fait, ce n'est pas le comptage des billets réalisés dans les conditions actuelles, sur ce type de déplacements, qui peut fournir un "prétexte" à de telles initiatives....

Y25
Exubérant
Messages : 2632
Enregistré le : dim. 08 janv. 2006, 11:36
Localisation : 93140 Bondy
Âge : 69

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Y25 » mer. 19 févr. 2020, 11:36

Occitan a écrit :
mer. 19 févr. 2020, 11:18
(...)
Cette exploitation tout automoteur, pourrait, me semble-il, réhabiliter celle des trains à tranches multiples. L'attelage automatique, et la faculté de procéder aux essais de frein depuis le poste de conduite, pourrait rétablir assez facilement, je crois, l'opportunité d'engager des liaisons irrigantes vers les lignes adjacentes à la ligne 4.
Chacun pourra imaginer des Troyes-Dijon, Reims, ou Nancy-Besançon, pour ne donner que des exemples spontanés...
Visiblement, c'est un concept ....inconcevable.
Dommage, de ne pas profiter de ces aptitudes techniques pour dynamiser et faciliter ces types de relations directes d'où le train est totalement exclu aujourd'hui.
(...)
D'autant que nombre de ces rames automotrices sont bimodes et peuvent ainsi jouer du mode de traction le plus adéquat pour les itinéraires à desservir. On part d'une quelconque métropole en électrique (cas le plus fréquent, et quel que soit le type de courant) pour, éventuellement, finir en thermique sur telle ou telle branche "en brousse" :wink: , avec toutes les variantes possibles de mode de traction entre A et B (voire C ou D si on a une UM3).

Avatar du membre
Gilles74
Prolixe
Messages : 1857
Enregistré le : ven. 19 août 2016, 17:06
Echelle pratiquée : HO

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Gilles74 » mer. 19 févr. 2020, 14:47

Mettre en circulation des trains automoteurs multitranches est une très bonne idée, mais....
Pour avoir vécu la mise en place d'une organisation de tels trains et suivi leur évolution jusqu'à leur disparition, si ces dessertes sont judicueuses et bien organisées, leur durée sera limitée dans le temps.
Je m'explique. J'ai donc vécu, lors de la mise en place des TER Rhône-Alpes, la réforme des horaires et itinéraires des dessertes entre Lyon et la Haute-Savoie. Traditionnellement la desserte de la vallée de l'Arve ( Bonneville, Cluses, Sallanches et Saint-Gervais ) s'effectuait via Annecy.
Un esprit génial ( et ce n'est absolument pas péjoratif, bien au contraire ) a trouvé que les temps de trajet pouvaient être réduits de près d'une heure en faisant passer ce trafic par Annemasse et Bellegarde. De là est venue la bonne idée de créer des trains multitranches en faisant circuler 3 tranches au départ de Lyon, vers Genève, Evian et Saint-Gervais. En tête, une Z2 pour Genève, quittant la composition à Bellegarde, au milieu une Z2 pour Evian, et en queue une dernière Z2 pour Saint-Gervais, se séparant à Annemasse. Parfois une quatrième Z2 entrait dans la composition selon l'affluence sur telle ou telle desserte.
Hormis la rigueur nécessaire pour que les voyageurs soient dans la bonne partie du train, ces dessertes ont vite été victimes de leur succès.
On a donc vu des dédoublements chaque week-end, puis quotidiennement, un bi-tranche vers Evian et Saint-Gervais, précédé d'un convoi vers Genève. Ce qui a fait qu'on s'est vite retrouvé avec deux (ou trois ) Z2 pour Genève, suivies au block par un bi-tranches de quatre Z2 pour Evian et Saint-gervais.
Puis ce furent des TER2N, avec des renforts d'automotrices à deux niveaux venues de la banlieue parisienne ( Z20500 ) engagées en UM les jours de forte pointes. Et sur la fin, des ZGC.
La situation actuelle de la grille de desserte est basée sur des rames réversibles Corail entre Lyon et Genève, avec correspondance à Bellegarde par des automotrices alternant Evian et Saint-Gervais, une correspondance par le Léman Express en gare d'Annemasse étant organisée pour l'autre branche.
Donc ces trains multitranches ont vite été victimes de leut succès, car correspondant à un besoin évident. Comme quoi une desserte bien organisée attire du monde!
On peut faire un parallele avec les ETG puis RTG sur Paris Cherbourg, victimes aussi de leur succès, ou des RTG sur Lyon Nantes, vite remplacées par des rames tractée en raison de leur fréquentation.
Je ne sais pas si des trains multitranches comme proposés sur Troyes / Dijon / Reims / Besançon / Nancy ont un tel potentiel qui finisse par venir à bout du principe comme rançon du succès, mais pourquoi ne pas essayer?

Occitan
Éloquent
Messages : 394
Enregistré le : jeu. 08 mai 2014, 02:49
Prénom : Michel
Localisation : Aveyron
Âge : 70

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Occitan » mer. 19 févr. 2020, 17:30

Témoignage vécu très intéressant ! (Quand bien même nuance t il mes propos ) ...C'est vrai, Gilles74, j'avais pour ma part emprunté ces tri-tranches très bien fréquentés au départ de Lyon, vers Annemasse, puis un peu plus tard, vers Genève..
J'imagine que la Haute Marne, la Haute Saône, l'Aube, etc... ne sont pas pourvoyeurs d'un trafic de tout premier ordre... Je reconnais également la nécessité d'une fiabilité correcte des relations intéressées.
La "vente à la découpe", conséquence des concurrences à venir, peut constituer un frein à de telles expérimentations de parcours buissonniers.

En tout cas, sur la ligne 4, et pour le moment, toutes considérations pas vraiment d'actualité, automoteur ou pas.

Mais il semble que les lignes commencent à bouger en terme de besoin de développement du ferroviaire.
. On peut lire ou entendre des propos de plus en plus nombreux que personne n'aurait imaginé, voici quelques années, quand bien même y aurait il bien loin, encore, de la coupe aux lèvres.

J'imagine aussi que la confrontation entre les régions et le TGV Rhin-Rhône doit sauvegarder la chèvre et le chou....

Les difficultés de mise en service des automoteurs sur la ligne 4, qui ont été jusqu'à faire regretter les vieux couples 72000/corails, ne prédisposent certainement guère à l'innovation et au développement des idées...

Fabien 45
Communicatif
Messages : 769
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Fabien 45 » mer. 19 févr. 2020, 20:20

Gilles74 a écrit :
mer. 19 févr. 2020, 14:47
Mettre en circulation des trains automoteurs multitranches est une très bonne idée, mais....
Pour avoir vécu la mise en place d'une organisation de tels trains et suivi leur évolution jusqu'à leur disparition, si ces dessertes sont judicueuses et bien organisées, leur durée sera limitée dans le temps.
Je m'explique. J'ai donc vécu, lors de la mise en place des TER Rhône-Alpes, la réforme des horaires et itinéraires des dessertes entre Lyon et la Haute-Savoie. Traditionnellement la desserte de la vallée de l'Arve ( Bonneville, Cluses, Sallanches et Saint-Gervais ) s'effectuait via Annecy.
Un esprit génial ( et ce n'est absolument pas péjoratif, bien au contraire ) a trouvé que les temps de trajet pouvaient être réduits de près d'une heure en faisant passer ce trafic par Annemasse et Bellegarde. De là est venue la bonne idée de créer des trains multitranches en faisant circuler 3 tranches au départ de Lyon, vers Genève, Evian et Saint-Gervais. En tête, une Z2 pour Genève, quittant la composition à Bellegarde, au milieu une Z2 pour Evian, et en queue une dernière Z2 pour Saint-Gervais, se séparant à Annemasse. Parfois une quatrième Z2 entrait dans la composition selon l'affluence sur telle ou telle desserte.
Hormis la rigueur nécessaire pour que les voyageurs soient dans la bonne partie du train, ces dessertes ont vite été victimes de leur succès.
On a donc vu des dédoublements chaque week-end, puis quotidiennement, un bi-tranche vers Evian et Saint-Gervais, précédé d'un convoi vers Genève. Ce qui a fait qu'on s'est vite retrouvé avec deux (ou trois ) Z2 pour Genève, suivies au block par un bi-tranches de quatre Z2 pour Evian et Saint-gervais.
Puis ce furent des TER2N, avec des renforts d'automotrices à deux niveaux venues de la banlieue parisienne ( Z20500 ) engagées en UM les jours de forte pointes. Et sur la fin, des ZGC.
La situation actuelle de la grille de desserte est basée sur des rames réversibles Corail entre Lyon et Genève, avec correspondance à Bellegarde par des automotrices alternant Evian et Saint-Gervais, une correspondance par le Léman Express en gare d'Annemasse étant organisée pour l'autre branche.
Donc ces trains multitranches ont vite été victimes de leut succès, car correspondant à un besoin évident. Comme quoi une desserte bien organisée attire du monde!
On peut faire un parallele avec les ETG puis RTG sur Paris Cherbourg, victimes aussi de leur succès, ou des RTG sur Lyon Nantes, vite remplacées par des rames tractée en raison de leur fréquentation.
Je ne sais pas si des trains multitranches comme proposés sur Troyes / Dijon / Reims / Besançon / Nancy ont un tel potentiel qui finisse par venir à bout du principe comme rançon du succès, mais pourquoi ne pas essayer?

Fabien 45
Communicatif
Messages : 769
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par Fabien 45 » mer. 19 févr. 2020, 20:28

La relation Lyon-Saint Gervais n' est pas exemptée de rebroussement. Selon les trajets il y en a 1 à Annemasse ou 2 à La Roche sur Foron et Aix-Les- Bains ou Chambéry.
Depuis quelques années, les TER au départ de Bellegarde assurant une correspondance avec les TGV Paris-Genève ou les TER Lyon-Genève voire les 2 sont systématiquement bi-tranche pour Evian et Saint-Gervais avec séparation à Annemasse.
A Paris-Est, les rames tractées n' ont pas totalement disparues, il reste 2 AR TER au long cours quotidiens Paris-Strasbourg en en espérant que leur nombre augmente.

CC 72041
Éloquent
Messages : 348
Enregistré le : sam. 20 janv. 2007, 01:11

Re: Paris - Mulhouse : la ligne 4

Message par CC 72041 » jeu. 20 févr. 2020, 13:02

Il reste également deux Paris - Saint-Dizier en matériel Corail.

Christophe

Répondre