Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur: MOD

Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 14:46 
Voilà un nouveau fil consacré aux Chemins de fer Secondaires de la Gironde.
Pas mal de choses existent de-ci de-là, sur le Forum et ailleurs. C’est donc l’occasion de rassembler quelques infos.

Pourquoi maintenant ?
Parce qu’après plus de 30 ans d’abandon, ces lignes trouvent en Gironde une nouvelle jeunesse. Pas dans leur rôle ferroviaire de jadis, ne rêvons pas, mais au travers de pistes cyclables et voies vertes.
Inexorablement, l’aspect ferroviaire disparaît donc, les paysages évoluent ; la pression immobilière et les flux migratoires font que les bâtiments disparaissent, ou deviennent méconnaissables.
Ce sera donc un fil de souvenirs pour certains, de découvertes d’un passé révolu pour d’autres.


Un tout petit peu d’Histoire :

Je ne vais pas paraphraser l’excellent site, très complet, dédié aux Chemins de Fer Secondaires.
Site FACS.

La page qui nous intéresse est ici :
Département de la Gironde.

Très brièvement, on rappellera qu’à la fin du XIX° siècle, une loi (Loi Migneret) autorise les communes à concéder des petites lignes de chemin de fer, d’intérêt local, à des compagnies privées.
Le Plan Freycinet va aussi aider : c’est un vaste programme de travaux publics, concernant surtout les chemins de fer. Les constructions fleurissent un peu partout.
Les petites compagnies vont vivoter avec plus ou moins de bonheur, avant de se faire avaler par de plus gros poissons.
En Gironde par exemple, la ligne la plus connue est la ligne Compagnie du Chemin de fer d'Intérêt Local de Nizan à St Symphorien et à Sore (NS), longue de 39 km. Compagnie existant de 1873 à 1886, puis relevant de la Société Générale de Chemins de Fer Economiques (SGCFE ou SE) à partir de 1886.
La SE prit en 1963 le nom de Société Générale de Chemins de Fer et de Transport Automobile (SGCFTA). Puis fusion en 1966 avec la Compagnie des Chemins de Fer Secondaires et Transports Automobiles (CFSTA). A partir de 1966, les Chemins de Fer et Transport Automobile (CFTA) prennent la suite, jusqu’à la fermeture en 1978.
Comme leur nom l’indique, ces lignes sont donc distinctes du réseau principal, à l ‘origine propriété de la Compagnie du Midi (au moins sur le Sud du département). Le Midi exploitait la ligne vers Toulouse, celle vers Bayonne, et l’antenne desservant le Bassin d’Arcachon. Elles sont néanmoins à l’écartement normal.

Dans un souci de simplification, on va faire l’impasse entre les lignes concédées à la SE (comme les Tramways de Bordeaux à Camarsac), et les lignes affermées (comme celle du Médoc, ou la Nizan-Sore). Comme on le verra, les lignes ne se limitent pas au seul département, et les connexions avec le réseau Midi sont fréquentes.
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 15:13 
Les lignes :
On ne va d’abord parler que des lignes situées rive gauche de la Garonne.

Pour faire simple, il y a deux grands circuits :

- un au Sud du département, grosso-modo orienté Est-Ouest, qui relie le sud du département (le Langonnais / Bazadais) vers le Bassin d’Arcachon : c’est la ligne Le Nizan – Saint Symphorien – Belin – Facture. A chaque extrémité, elle se raccorde au réseau du Midi.
Au milieu, à Saint Symphorien, descend la ligne vers Luxey (Landes).

- un à l’Ouest du département, orienté Nord-Sud, qui relie Facture au Nord Médoc, en longeant le "fond du Bassin" : c’est la ligne Facture – Andernos – Arès – Lacanau – Lesparre Médoc. Le "retour" s’effectuant alors par la Ligne du Médoc, dela compagnie du Chemin de Fer de Bordeaux au Verdon, compagnie reprise par le Midi en 1911.

Ensuite, on a des « petites lignes », moins connues, mais tout aussi sympathiques.
- la transversale Nord-Ouest : Bordeaux – Sainte Hélène – Lacanau.

- la transversale Sud-Ouest : Beautiran- La Brède – Hostens.

- à noter, une particularité : la courte liaison Margaux –Sainte Hélène, gérée par la compagnie des Voies Ferrées des Landes.

A ce propos ,je me permets de citer l’excellentissime site de paquito sur les Voies Ferrées des Landes :Site FVL. :applause:

Et son pendant (en cours de construction) sur la Gironde : Voies Ferrées de Gironde SE. Re- :applause:

Il est temps de situer un peu les bleds :ange3: :Image
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 15:21 
L’infrastructure :
Comme déjà dit, tout est en voie normale.
Par souci d’économie, tous les BV sont basés sur la même architecture : un corps principal, et une aile d’un côté, avec symétriquement de l’autre côté une halle à marchandise accolée.
La taille de la HM pouvait varier du simple au double. Il n’y a pas de règle concernant l’orientation de la HM par rapport à la voie.
Mais une particularité rigolote fait que les voyageurs étaient obligés de traverser (ce qu’on appellerait aujourd’hui) la Voie 1 pour prendre le train. Cette voie la plus proche du BV était en général occupée par tout un tas de wagons, garés en attente de chargement / déchargement devant la HM, d'où son surnom ici de "voie des wagons".

Quant au BV, les grosses installations possédaient un bâtiment +/— carré, avec 2 portes et 2 fenêtres en façade. Les installations plus modestes devant se contenter d’un bâtiment à une porte + une fenêtre, plus une porte sur l’aile perpendiculaire.
Cas particulier : le BV d’Andernos ; l’augmentation du trafic voyageurs sur cette station balnéaire imposant la construction d’une salle d’attente annexe.

Pour la voie : rien de bien compliqué : c’est essentiellement rectiligne. Avec très peu d’ouvrages d’art (sauf dans les cas de ravinements et d’érosion dû aux rivières, comme à Belin) , le sol est constitué de sable ou de grave à peu près partout.

Pour la voie, le choix de l’écartement normal fut fait. On peut s’en étonner. Il faut avoir à l’idée que la raison première était le transport de marchandises (bois, essentiellement). Le surcoût éventuel de matériel en VN par rapport à une VE étant largement compensé par l’économie réalisée sur les transbordements qui auraient été nécessaires avec une VE.
Des VE existent cependant (dans les forêts landaises, au Nord du Bassin, au Sud des Landes), mais ce ne sont que de petites voies d’exploitations forestières, +/— temporaires, avec du matériel Decauville (si on excepte le Petit train des Dunes, dont on reparlera).

Rôle de ces voies ferrées :

La forêt des Landes. Presqu’un million d’hectares, ça en fait, du bois… Le chiffre d’affaires de la sylviculture en SO dépasse celui des Vins de Bordeaux.

Très rapidement :
Les Landes mélangeaient autrefois des zones boisées, et de vastes étendues +/— marécageuses, exploitées par quelques éleveurs d’ovins (les fameux bergers landais sur leurs échasses). Zone insalubre autant à cause de l'humidité que des brigandages, les Captaux de Buch essayèrent avec leurs moyens assez limités de fixer les dunes et barkhanes. Après plusieurs essais physiocratiques infructueux (on essaya même l’élevage de dromadaires !!), le célèbre Brémontier récupéra à son compte l'idée d'installer la sylviculture, fin XVIII°, et l’histoire ne retiendra que ses travaux, pharaoniques il est vrai.
Cela se terminera, de pair avec les constructions ferroviaires déjà citées, dans la deuxième moitié du XIX° siècle. La loi du loi du 19 juin 1857 marquant la fin du système agro-pastoral extensif, au profit d’une forêt usagère, amenée à être gérée sur le long terme.

C’est alors l’époque de l’Or Blanc : le gemmage, et la fabrication de la térébenthine et du colophane.
On utilise aussi le bois de pin pour les mines, bois que l’on exporte dans l’Europe entière, en Angleterre principalement. Le pin offrant cette caractéristique d’être un bois fibreux, qui fend, se brise en échardes, mais ne se casse pas net. Apprécié pour les étançons souterrains.

Evidemment, ces voies ferrées vont aussi dynamiser l’implantation humaine. Les villages vont grossir. Le chemin de fer va devenir un réel moyen de communication entre les bourgades, confortable et sûr, à défaut d’être toujours bien rapide. Les fêtes de villages ramènent de plus en plus de monde (la Rosière à La Brède, par exemple).
Dans le Sud du département, il va servir à acheminer des travailleurs sur Saint Symphorien ou Hostens.
Plus vers le Bassin, la mode des bains de mers, voulue par les Pereire et la Compagnie du Midi vers la cité déjà snobinarde d’Arcachon fera des émules : le dimanche sera la sortie durant laquelle des foules de Bordelais moins aisés prendront les Secondaires pour aller faire trempette dans les stations moins huppées d’Andernos ou Lège. Ironie de l’histoire : si on veut voir le Bassin un peu typique de nos jours, c’est désormais vers là qu’il vaut mieux aller flâner, plutôt qu’à Arcachon, son béton, et son centre Ville DisneyWorld.

Allez, fin de cet épisode historique déjà trop long, place aux images, récentes ou anciennes.
Ce fil étant aussi ce que VOUS en ferez.

Je commencerai peut-être par la moins connues ces lignes, celle reliant Beautiran à Hostens.
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 17:09 
Merci d'avoir ouvert ce fil que je vais donc suivre assidument. :wink:
Lionel
Avatar de l’utilisateur
Castle class
Intarissable !
 
Messages: 5036
Inscrit le: Mar 09 Jan 2007, 22:58
Localisation: Oise
Âge: 67
Club: REV

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 17:59 
renato.bassin a écrit:...Mais une particularité rigolote fait que les voyageurs étaient obligés de traverser (ce qu’on appellerait aujourd’hui) la Voie 1 pour prendre le train. Cette voie la plus proche du BV était en général occupée par tout un tas de wagons, garés en attente de chargement / déchargement devant la HM, d'où son surnom ici de "voie des wagons"...

Cette "particularité rigolote" est la norme pour ce qu'on peut appeler, par simplification, la gare standard MIDI (celle avec HM accolée). D'ailleurs, si on y réfléchit, cette disposition BV+HM impose la dite particularité rigolote. Laquelle impose une AUTRE particularité rigolote, mais je m'en voudrais d'empiéter sur ce fil aux contours bien délimités.
Michel, mimoduliniste du Midi
Avatar de l’utilisateur
Prof
MIMO pur jus
 
Messages: 26038
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:23
Localisation: 81-Castres
Âge: 75
Echelle pratiquée: H0

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 18:05 
RAPPEL

Les CFTA GIronde ont été traités dans Ferrovissime avec des photographies, la plupart en couleurs.

• Ferrovissime n°10 a étudié les diesel GE et le service assuré par les autorails
• Ferrovissime n°11 a décrit les autorails Renault TE, TX, MX, les De Dion MY, MY2 et PC
• Ferrossime n°13 s'est intéressé à la traction vapeur en présentant (en couleurs) les 030 T SACM et le fameux dépôt
• Ferrovissime n°15 a publié un reportage sur les derniers express (en fait, des trains directs venant de Bordeaux. Joint à ce numéro, un DVD montrait un film extraordinaire (en couleurs) où le mouvement des voitures, derrière la diesel GE, laissait présumer une infrastructure à limite d'usure.
En espérant que ces pages vous intéressent, je vous souhaite une bonne lecture . :D
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2660
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 13:43

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 18:22 
Ha ben voilà, tout de suite : les mots qui fâchent. Ferrovissime...Image
Bien sûr que Ferrovissime a publié des articles trèèèèès intéressants, que j'avais lus assidûment moi zaussi à l'époque ; même que le soir au coin du feu en m'endormant, j'avais plaisir à effleurer d'une main mélancolique.
Jusqu'à un fameux jour, depuis marqué du sceau de l'infâmie, funeste jour disais-je, durant lequel j'ai osé laissé filer ce précieux bien auprès d'un félon collègue amateur de trains.
Et cet empaffé m'a paumé MON Ferrovissime n°10 ! Image
Depuis, je erre, hagard (forcément !), dans les bourses et les salons, à la recherche de ce graal des VNS, comme un Lancelot sans sa Guenièvre, un Roux sans son Combaluzier.
Bref : je suis mal-heu-reueeueueueux. Bouh hou hou...Image
:moi: Donc, si un miséricordieux forumiste songeait à se défaire de ce numéro, voire de la collection complète Ferrovissime reliée cuir pleine fleur dorée à l'or fin ; son prix sera le mien.
Enfin, faudra quand même pas abuser, hein ? :gne: J'ai des racines auvergnates, moi, kêkpart... :mdr:

@Prof : tu n'as pas à t'en vouloir d'empiéter sur quoi que ce soit.
Quant à cette particularité rigolote (mais tu sais que le Midi est peuplé de Rigollots®), je n'ose imaginer qu'elle puisse avoir un lien avec un certain décrochement de certaines toitures de certaines HM. :shock: Ce serait inespéré que l'énigme touchât à sa fin. :mrgreen:
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 18:40 
renato.bassin a écrit:...Quant à cette particularité rigolote (mais tu sais que le Midi est peuplé de Rigollots®), je n'ose imaginer ...

En effet. La particularité ©rigollote c'est que le quai des dites station n'est pas plat (ou horizontal) mais dissymétrique, en rampe légère depuis le niveau des rails de la voie marchandises (voie "1") qui est traversée par un passage planchéié jusqu'au bord du (modeste) quai qui dessert la voie 2.

Image
Michel, mimoduliniste du Midi
Avatar de l’utilisateur
Prof
MIMO pur jus
 
Messages: 26038
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:23
Localisation: 81-Castres
Âge: 75
Echelle pratiquée: H0

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 20:35 
Voui, on le voit sur certaines CPA. Ca me rappelle cette discussion d'un jour, à propos des différences de niveaux (supposées ou réelles) entre les voies. On en reparlera sûrement. :wink:

Ligne de Beautiran à Hostens :
C'est une de mes voies préférées, la plus sauvage en tous cas.
Commençons donc par Beautiran, début de la ligne qui va à travers la lande vers le Sud-Ouest, jusqu’au terminus d’Hostens. Ce n'est pas la première construite, chronologiquement, puisque terminée en 1886.

Depuis le XVII° s., Beautiran est un grand port, le dernier (ou le premier, c'est selon :wink: ) en amont de Bordeaux. Plusieurs fabriques et manufactures vont s’y succéder. Celle qui nous intéresse ici est principalement la papeterie / sacherie "Le Kraft Français", qui fit acheminer le bois nécessaire au fonctionnement de l’usine, ceci dès le début du XX° s.
La fabrique connut divers bonheurs, fut rachetée, reprise, fermée, réouverte, pour finalement fermer en 1999.
On la voit ici sur cette CPA : la vue est prise vers le Nord.
Image

Au premier plan, la ligne Bordeaux - Cette (Sète). Un peu plus haut, on devine un faisceau de triage. :gne:

Le port de Beautiran servait aussi de point de départ de poteau de mines destinés à l’Angleterre (et ailleurs), poteaux taillés dans les pins tout proches.
Cette particularité géographique amena un intéressant schéma ferroviaire sur la commune. Beautiran est la première "grosse gare" sur la ligne du Midi de Bordeaux à Cette. C’est toujours le cas.
Image

L’arrivée des trains en provenance de la forêt, les nécessités de stockage, le renvoi des marchandises vers le port obligent à un assez important "grill". Désaffecté, il existe toujours.
La ligne Midi passe à Beautiran selon une orientation NW-SE, le grill est à l’Est, côté Garonne.
Image
Ci-dessus : vue vers Bordeaux.


Pour l'anecdote, une vue vers Toulouse :
Image

A l'époque :
Image


De cette gare (flèche rouge ci-dessous), démarre notre ligne secondaire.
Au sortir de la gare (côté Nord = Bordeaux), une voie part à droite en faisant un large S, pour arriver en bord de Garonne (pointillés jaunes).
Une autre voie file vers le NW, puis arrondit sa route vers l’Ouest (pointillés bleus), en traversant et passant sous la ligne du Midi (pointillés rouges).

Extrait d'une photo aérienne de GeoPortail, 1956 :
Image
La route grise quasi horizontale est la nationale Bordeaux-Toulouse (la "Cent Treize" comme on dit ici).

Toute la ligne a été déferrée, mais le remblai qui mène au port existe toujours, au milieu des lotissements de Beautiran.
De l'autre côté, on trouve une petite route goudronnée, qui va vers le village à côté (St Médard d'Eyrans).

La voie ferrée traversait donc la ligne Midi pour partir au Sud-Ouest, elle passait dessous. Le pont existe toujours, appelé "Pont d'Hostens", ce qui évoque bien sûr le lointain (!) terminus de notre ligne :
Image
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 21:00 
Ensuite, l'archéologie ferroviaire se complique, puisque la ligne traverse l'échangeur de l'autoroute Bordeaux - Toulouse : c'est la dernière sortie avant le tronçon payant. Plus rien n'existe. Même avec GoogleEarth®, pas facile d'y voir quoi que ce soit.
Des trucs ont été récupérés par des particuliers, on a des surprises au coin des routes...
Image

On arrive donc à La Brède, premier (et seul) gros bourg de la ligne à l'époque.
Le BV est du type +/— carré.
Il est toujours là, même si la HM en bois a disparu. Assez abîmé il y a quelques années, il y a un projet de réhabilitation de toute la ligne et de ce bâtiment, pour en faire une piste cyclable avec haltes aménagées.
Ces derniers mois, les travaux ont beaucoup avancé, la piste est presque achevée jusqu'à Hostens.
A La Brède, le goudron n'a pas encore remplacé les herbes folles.
Le BV coté voies :
Image
Les volets avaient été changés il y a quelques années déjà. Des imbéciles artistes de rue sont déjà passés.

Puis dernièrement, la toiture a été refaite.
Image
Le bâtiment est joli, même si on peut regretter ces avant-toits et ces ruptures de pentes assez disgracieux.
A l'origine, c'était ça :
Image

On voit déjà que les tonneaux de vin de Graves sont là... :siffle:

Autre vue du BV, où on voit mieux le toit "raccommodé". Mais bon, ne boudons pas notre plaisir de voir le bâtiment sauvé.
Image

Après, quand on continue la ligne, c'est le plongeon dans l'inconnu, dans la lande mystérieuse... :mdr2: Le remblai est encore visible :
Image
Dans quelques mois, il y aura la piste cyclable.
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 21:12 
Le village suivant est celui de Cabanac, distant de 9 km.
On trouve là une petite gare typique des Chemins de fer Secondaires de la Gironde, transformée en maison d'habitation :
Image
Elle a conservé sa HM bois, et les bandeaux de rives décorés, typiques.

On continue à travers la lande.
Les ouvrages d'art ne sont pas légion, raison de plus pour ne pas les louper !
Ici, la ligne enjambe le ruisseau Gat-Mort (ou Gua-Mort) :
Image

On arrive ensuite à Villagrains (km 21 depuis le départ). Mon coup de cœur. La gare n'a pas bougé. Elle est assez correctement entretenue, la halle est toujours là. Très mignonne :
Image

Le seul problème est le terrain de tennis à proximité immédiate, et son grillage qui empêche les jolies photos : :?
Image

Soucieux de son passé ferroviaire, la commune a placé un petit "monument" :ange: :
Image
L'airial dégagé a été conservé, des jeux pour enfants installés à proximité. Espérons que des p'tits boud'choux demanderont à leurs parents "C'est quoi cette gare ?" Si ça peut les amener à aimer le Train et son Histoire, fût-elle très locale, c'est toujours ça de gagné. 8)
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Dim 26 Mai 2013, 21:44 
Après, ça se corse. La voie plonge au cœur de la forêt, loin de toute route. Elle chemine au milieu des lagunes, des trous d'eau, et autres mares. Le paradis des naturalistes. La voie passe sur plusieurs pontets qui enjambent ces "arrouilles" (ruisseaux de couleur rouille).
On arrive 7 km plus loin à Saint Magne.
Image

Le bâtiment a été entièrement restauré et remanié, un dojo occupe l'emplacement de la HM, l'aile en dur a été dédoublée.
Image
Image
Kikiadit que les Landes, c'était tout plat ? :gne: Image
:mdr2:

Allez, plus que 5 km, et on arrive à Hostens, gros bourg situé à 33 km du point de départ de Beautiran, terminus de notre petite balade (puisqu'on arrive à Hostens sur la bif' avec la ligne transversale Est-Ouest).
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Lun 27 Mai 2013, 22:08 
Bien, nous voilà donc à Hostens.
Gros bourg, équipé d’un BV de forme carrée.
Image


Ce BV, longtemps endormi, a été racheté dernièrement par un particulier, qui le transforme en maison d’habitation.
Image

Côté voies :
Image

Les WC, luxueux, avec leur parement d'angles ! :shock: Image


Hostens est donc le bourg qui assure la jonction entre la "ligne sud" le Nizan – Facture d'une part, et la radiale sud-ouest Beautiran – Hostens d'autre part.

La commune exploite le pin des Landes, avec toutes les industries afférentes (scieries, distilleries, utilisation de la résine etc). Le chemin de Fer apparaît en 1880.
Mais la grosse révolution que connaît le village est l’exploitation de lignite.
On entame là un peut-être long hors sujet. Mais le sujet m’a intéressé, alors je vous en fais part… :oops:
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Lun 27 Mai 2013, 22:25 
Je ne suis pas du tout spécialiste de la chose, mais si le sujet vous intéresse, voilà une mini biblio émanant de "pontes" locaux :
Belbéoc’h G., 1998 : L’évolution démographique et économique en
relation avec l’exploitation de lignite -
Belbéoc’h G.,2001 : La centrale thermique d’Hostens, une aventure humaine.
Boyrie S.,1972 :Étude géologique et hydrographique de la région d’Hostens dans le cadre d’un aménagement touristique.
Revue Géologues n°155.


Voici un très court condensé, pillé sans vergogne et simplifié, en espérant ne pas avoir fait de contre-sens. :?

Lignite :
Le lignite est une roche carbonée utilisée comme combustible, une sorte de tourbe ou de houille ratée :ange3: , très riche en eau, à faible pouvoir calorique. Ceux d'ici datent +/— du miocène, comme beaucoup de terrains de cette région (on en reparlera sur Belin-Beliet). La région étant à l’époque sous l’eau. Puis l’ensemble du bassin sédimentaire va se faire soulever, et la mer va aussi reculer vers l’ouest.

L'industrialisation :
Ainsi, au début des années 30 , la Société des Lignites des Pétroles fut intéressé par les gisements d’Hostens, car ils étaient facilement exploitables, à ciel ouvert (on l’a dit, la région est humide et boisée), certains affleurements sont même toujours visibles en se promenant. La présence de la voie ferrée emporta aussi la décision.
Se crée donc la Société des Lignites d’Hostens, qui met en place l’exploitation : expropriations, construction des infrastructures d’extraction (pont extracteur), centrale thermique, logements etc. L’usine provient de la Sarre, installée au titre des dommages de guerre. Elle démarre la 1er août 1932.
La Société des Lignites fusionne ensuite avec la MINELA (Société Minière et Électrique des Landes).
Après la Deuxième Guerre Mondiale, la centrale et la mine, nationalisées en 1947, passent sous contrôle EDF. L'activité ralentit progressivement à partir de 1960 pour cesser en 1964, voire complètement début 1966. En 35 ans, Hostens produisit finalement 15Mt de lignite.

Impact sur la population :

Du point de vue humain, l’arrivée de l’usine chamboula les populations. 400 employés, des locaux (sur environ 1000 habitants), y travaillaient. Avec la nationalisation d’après guerre, un nouveau flux migratoire important fit augmenter la population d’Hostens (presque 1300 habitants). Inutile de dire que la fermeture durant les années 60 fut diversement appréciée… Même si le personnel fut reclassé à Morcenx (Landes). La voie ferrée (et la ligne décrite ici était un moyen de liaison relativement rapide avec Bordeaux, ou le Bassin.
Après la fermeture, l’ensemble du site fut racheté par le Conseil Général. On remit du sable clair, les carrières de lignite furent remises en eau, et la gestion forestière confiée à l’Office national des forêts (ONF). En 1976, le Domaine Départemental d’Hostens ouvrit ses portes au public, l’ancienne exploitation est devenue une base de loisirs, le lac étant l’attraction principale.
La voie ferrée, elle, fermera dans la foulée… :(

Une vue d'avion (origine : GeoPortail, 1956), cliquer pour agrandir :
Image
En pointillés rouges : la ligne Nizan - Facture.
En pointillés bleus : notre ligne qui descend de Beautiran.
Flèche rouge : la gare.
Flèche jaune : l'usine de lignites.
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Chemin de Fer Secondaire de Gironde : SE & CFTA

Publié: Lun 27 Mai 2013, 22:45 
Quelques mots sur le principe :
On va faire très court, je ne suis pas spécialiste.
Le lignite est extrait du sol à l'aide d'un appareil spécial : un pont extracteur, un gros bébé de 120 m de long et 750 tonnes. Il s’appuie sur deux files de rails, de 80 mètres d’entre-axe. Pour déplacer l’engin lorsqu’il avait épuisé le terrain de recouvrement immédiat, on faisait riper l’ensemble à partir d’un point fixe. Ce qui donne cet aspect en éventail vu d’avion (photo ci-dessus).

Image

D’un côté du pont, une roue à godet creuse le sol (un peu dans le même principe que Bourvil lors de l’évasion de Bébel dans Le Corniaud !! :mdr2: ).
Le lignite est débarrassé des matières étrangères (les morts terrains) et essoré, et le tapis roulant déverse le lignite de l’autre côté, dans des wagonnets. Je ne sais plus où j’ai lu que le réseau desservant toute cette infrastructure était en voie de 90 cm.
On voit ici les rails menant à l'usine. La photo a été prise grosso-modo à l'endroit indiqué par la flèche jaune, juste après le site d'excavation, vue vers le SE :
Image


Le lignite est enfin transporté à l'usine à côté où il est utilisé pour chauffer l'eau. La vapeur d’eau ainsi générée actionne des turbines, qui elles-mêmes entraînent les dynamos de la centrale électrique qui fournit l'électricité aux alentours.

Quand on arrive de l'Est par la route : vue de l'usine :
Image


Et quelques temps après :
Image


Vue depuis le bourg (à noter le panneau : Attention au train !) :wink: :
Image

On devine à droite les grands refroidisseurs.
Voilà une vue de détail des bébés :shock: :
Image


Avec le lignite, on pouvait aussi faire des briquettes, du semi-coke, du goudron et leurs dérivés par carbonisation à basse température.

Pour plus d'infos, il y a le volume Génie Civil n°03 de 1934, et le N°37 de Rail et Industrie... que je n'ai pas lus :oops: , mais connaissant la qualité de ces publications !... :coeur1:

Dernier truc : sur une photo ci-dessus, on devine un wagonnet à déchargement latéral, assez haut sur patte. Ca ressemble un peu à ce style de wagonnet girafe :
Image

Qui en saurait davantage ?

Allez, ça ira pour ce soir ! Je vous ai assez saoûlé avec mon charbon mouillé ! :dodo:
A+ :D
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16428
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Suivant

Retour vers Ferrovissime

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Woessner et 31 invité(s)