Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Le forum pour bien débuter en modélisme ferroviaire !

Modérateur: MOD

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mer 26 Avr 2017, 12:51 
En ce qui me concerne, je peins d'abord la voie et je ballaste en tout dernier, lorsque les sols sont finis
Ce n'est qu'ensuite que je passe à la patine
Greyhound Division
Avatar de l’utilisateur
Starbuck
Exubérant
 
Messages: 2618
Inscrit le: Sam 20 Août 2005, 20:56
Localisation: Entre lavandin et génépi ...
Âge: 54
Echelle pratiquée: Zéro US / HO US
Prénom: Jean-Marc
Club: Méclents du Jébobola

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mer 26 Avr 2017, 14:02 
Prevost a écrit:Ah la loi de Murphy :roll:
Le lien ne dirige pas vraiment sur l'article indiquée (Loi de Murphy :?: :wink: )
Il y a quand même des moyens de l'atténuer cette foutue loi. Précautions et réflexions... C'est ce que tu semble employer.


Bonjour Prevost

Oups ! Petite coquille sur le lien en effet. Le voici donc

https://perso.univ-lyon2.fr/~mollon/EO- ... nonce.html

merci de ta visite et de ton observation.
A+
Manu
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mer 26 Avr 2017, 14:35 
Starbuck a écrit:En ce qui me concerne, je peins d'abord la voie et je ballaste en tout dernier, lorsque les sols sont finis
Ce n'est qu'ensuite que je passe à la patine


Bonjour Starbuck

Sans doute ta démarche est-elle plus logique, mais en ce qui me concerne, j'ai souhaité terminer va voie car pour les sols, je n'ai encore aucun bâtiment et donc ne connais pas les limites de mes entreprises et donc des sols à traiter.

Je pense qu'après cette étape, j'attaquerai le ou les quais.

Merci de ta visite et de ta méthode.
A+
Manu
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 02:59 
Dernier aiguillage et patine de la voie

Épisode 19 - Opération chirurgicale pour le mise en place du dernier aiguillage. Scalpel ! Ensuite, patine de la voie.

Suite à mes déboires avec les rails flexibles (voir l'épisode 10), j'ai dû modifier mon plan des voies. Et bien-sûr, il me manque maintenant un aiguillage élancé gauche. Pour un seul appareil de voie, commander en Allemagne n'a plus aucun attrait financier à cause des frais de port. J'ai donc commandé mon aiguillage chez "Au Pullman" chez qui j'ai déjà acquis la Mobile-Station 2 et la 050 TA 23. J'aurais pu l'acheter d'occasion chez "Les Cheminots" et j'avais même trouvé un exemplaire avec pointe de coeur mobile qui a plus les faveurs des modélistes, mais je préfère acheter un aiguillage neuf. Il m'a fallu attendre trois semaines, ce qui est un peu long à mon goût pour un produit aussi basique qu'est un simple aiguillage, mais c'est ainsi, et l'on fait avec. Il y a plus grave que ça dans la vie et de toute façon la patience est une qualité du modéliste.

Démonstration de la Loi de Murphy

A peine déballé, me voici essayant de le placer dans le prolongement de mes voies déjà collées. La loi de Murphy se confirme aussitôt : " C'est toujours au moment du montage que l'on constate une erreur de conception " (Épisode 18). Et visiblement la conception est foireuse car mes voies ne sont pas dans l'axe.

Je vais donc faire une petite opération chirurgicale.

J'installe donc le champs opératoire. Avec de l'adhésif de peinture et des vieux journaux, je délimite la large zone d'intervention. Puis, armé de mon vaporisateur de liquide lave-vitres, je pulvérise ledit produit sur les voies à décoller. Car, et c'est bien le problème, il me faut démonter ces voies fraichement ballastées.

Image

Photo 60 : Les voies vues ici après démontage et reballastage. Source : letraindemanu sur Canalblog

Il n'y a pas lieu de s'inquiéter. La voie a été fixée avec de la colle vinylique qui se dissoud immédiatement au lave-vitre. Je soulève délicatement les rails et les retire complètement. Si les coupons se sont laissés ôter sans dommage pour le Deprons© il me faut immédiatement l'essuyer au papier absorbant. Quant aux rails, ils sont encore enrobés de ballast naturel et nécessitent d'être nettoyés. Je les lave délicatement sous le robinet d'eau chaude en m'aidant d'une éponge douce avec un peu de liquide vaisselle. Très rapidement la colle se dissoud et le ballast se désagrège. Il ne reste plus qu'à sécher soigneusement. C'est propre et la peinture n'a pas bougé.

Comme pour les cinq autres aiguilles, je crée une fosse sous la partie mobile de l'aiguillage. L'épisode 14 traitant déjà de cette étape, je n'y reviendrai pas. Mais en créant cette fosse, je constate que le collage du Dépron© n'a pas été suffisamment abondant dans cette zone. J'en profite donc pour faire des reprises de la base en découpant de larges surfaces au cutter et en réinjectant de la colle vinylique pure sous la plaque avec une seringue.

Là encore, pas d'inquiétude. Le Dépron© sera au final totalement recouvert par du décor et les cicatrices resteront invisibles.

Lorsque ces reprises sont terminées, je replace les voies propres, le nouvel aiguillage et le coupon de transition. Un câble d'alimentation traction est soudé sur ce dernier. Il sera raccordé plus tard. Puis je réalise les opérations de ballastage et de peinture déjà décrites.

Patine de la voie

Pour cette phase, j'attends bien-sûr que mon dernier ballastage soit bien sec.

Pour mémoire, la pleine voie a été peinte à la bombe et les aiguillages peints au pinceau. Mes traverses et mes flancs de rails sont donc de couleur marron, "kakao" plus précisément pour les traverses et "brun vieux wagon" pour les aiguilles.

Image

Photo 61 : Les voies vues ici après patine. Source : letraindemanu sur Canalblog

Je vais faire une première passe avec de la terre à décor "Terre rouge brique" de chez FR Décor. Les terres à décor sont des poudres contenant des pigments de peinture. On les utilise souvent à sec, comme ici. Il faut être très parcimonieux car certaines erreurs sont irréversibles. On travaille toujours à doses infinitésimales avec des gestes doux, en commencant par les teintes les plus claires pour finir avec les teintes les plus foncées.

Avec un petit pinceau n°4, je dépose un peu de cette poudre sur les champignons et j'etale aussi sur les flancs de rails. Je traite environ une traverse sur deux sur toute la longueur des voies, à l'exception de la patte mobile des aiguillages. Quand toute la voie a reçu cette première passe de rouge, je change de pinceau pour une brosse n°8. A sec, j'étale bien les pigments pour teinter traverses et ballast. Ce travail se termine avec une brosse à dent usagée et on brosse parallèlement aux rails. Ce brossage doit être énergique pour bien incruster la poudre dans les graviers.

La plateforme dans son ensemble a donc pris une teinte rouge qui témoigne d'un trafic important. J'espère en effet un trafic intensif dans ma future zone industrielle, y compris des rames complètes qui ne feraient que transiter.

Je fais ensuite une seconde passe avec une terre "noir poussière 67013" de chez Heico-Modell (ex SAI 9507). Cette fois, je dépose de chaque coté du plot central, là encore une traverse sur deux, puis pinceau brosse 8 et brossage énergique.

On termine cette phase par un passage de l'aspirateur sur toutes les voies. Tous les pigments encore volatiles vont disparaitre et ne restent que ceux incrustés dans le ballast.

Image

Photo 62 : Les voies vues ici après patine. Source : letraindemanu sur Canalblog

La voie est maintenant patinée. il ne reste plus qu'à nettoyer le dessus des rails de roulement et des plots.

A la prochaine séance, je commencerai le câblage électrique.

Emmanuel
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 10:44 
Le résultat de cette voie est absolument superbe !
Un grand bravo pour le thème de ce réseau. Un projet que je trouve particulièrement intéressant.
MODULE OO et HO
Avatar de l’utilisateur
Moduleho
Modélisme Gibi
 
Messages: 9747
Inscrit le: Mer 17 Août 2005, 11:16
Localisation: MARSEILLE
Âge: 48
Echelle pratiquée: 00 et H0
Prénom: Alain
Club: L.V.T.V.

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 11:52 
Pour du ballast fait maison, c'est très réussi. :applause: Et merci pour la technique de la patine à la terre à decor. Je vais essayer aussi. :D
Avatar de l’utilisateur
Patrickw
Communicatif
 
Messages: 750
Inscrit le: Mar 06 Jan 2009, 14:20
Âge: 51

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 17:08 
Moduleho a écrit:Le résultat de cette voie est absolument superbe !
Un grand bravo pour le thème de ce réseau. Un projet que je trouve particulièrement intéressant.


Merci Moduleho pour ton compliment. Car je connais ton œil critique, toi le spécialiste de la patine de la voie C.

Il me reste encore à travailler sur les abords immédiats de la plateforme, mais je fignolerai notamment lorsque le ou les quais et la voirie seront en place.

Merci de ta visite et de tes encouragements.
A+
Manu
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 17:11 
Patrickw a écrit:Pour du ballast fait maison, c'est très réussi. :applause: Et merci pour la technique de la patine à la terre à decor. Je vais essayer aussi. :D


Bonjour Pat,

Merci pour ton appréciation. Effectivement, le rendu obtenu correspond à ce que j'espérais. Je vais probablement faire des clichés en macro sur toute la voie pour déceler toutes les retouches a programmer. Mais il me faut avant tout définir la limite des quais et des voiries.

Merci de ton passage et de ton intérêt pour ce fil.
A+
Manu
Dernière édition par Manu93 le Dim 30 Avr 2017, 14:55, édité 1 fois au total.
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 29 Avr 2017, 23:03 
Rive-Reine a écrit:Pour la peinture des voies je suis plus archaïque, peinture au pinceau des traverses puis ensuite les flancs des rails...... :mort:


En effet à l'ancienne ! :mrgreen:
Quelle patience. :applause:
MODULE OO et HO
Avatar de l’utilisateur
Moduleho
Modélisme Gibi
 
Messages: 9747
Inscrit le: Mer 17 Août 2005, 11:16
Localisation: MARSEILLE
Âge: 48
Echelle pratiquée: 00 et H0
Prénom: Alain
Club: L.V.T.V.

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Dim 30 Avr 2017, 17:13 
Bravo pour le travail entrepris Manu. La construction d'un réseau est toujours un moment exaltant dans la vie d'un modéliste. Comme toi j'ai fait le choix du trois rails lors de la mise en chantier de mon réseau en 2009. Mes motivations quant au choix de ce système étaient à peu près les même que les tiennes. Mais le déclencheur à été la découverte en solde, 10 ans auparavant, d'une rame Cisalpin Lima en trois rails, chez un détaillant parisien. Il a bien fallu alors acheter quelques mètres de voie, (K) deux aiguilles et un transfo pour la faire rouler.
Ajoutons à cela que le tracé du réseau avec une boucle de retournement et un double sens de circulation sur celle-ci militait également pour la simplicité du trois rails dans ce cas de figure et mon réseau en trois rails est né (mais aujourd'hui pas encore complètement achevé)
Effectivement la voie K c'est du coriace. C'est de l'acier inoxydable (ce qui lui donne sa belle couleur) et donc pas facile à usiner et à souder. j'ai d'ailleurs rédigé trois fiches pratiques sur l'utilisation de cette voie dans le dernier hors série N°54. Mais une fois ballastée on oublie presque les picots et sa couleur est réaliste.

Image

Pour moi le problème fut surtout les appareils de voie du système de voie K. J'ai découvert, une fois la totalité de ceux-ci posés (mais pouvait-il en être autrement?) qu'en plus d'être inesthétiques ils étaient incompatibles (particulièrement les TJD) avec le matériel roulant autre que Märklin, même livré d'origine en version dite "3 rails" d'origine (Roco, Piko et autres) ou transformé. Cela provoquait des déraillements répétitifs incompatibles avec une exploitation fiable du réseau qui me firent un moment envisagé d'en stopper la construction. Finalement j'ai opté pour l'adaptation de déviation Peco code 100 au système 3 rails et le résultat a été spectaculaire tant sur le plan de la fiabilité de roulement (pour tout type de matériel) que pour l'aspect esthétique.

Image

Dommage que je n'ai pas vu auparavant ton post, (ce sont mes amis de LR qui me l'on fait découvrir à Lille hier) car je t'aurais conseillé cette solution qui, outre le fait que les appareils Peco sont moins chers que le Marklin, ne demande que quelques heures pour être réalisée. Ces appareils modifiés garantissent un fonctionnement parfait avec tout type de matériel ancien et moderne. Car c'est le miracle des appareils Peco code 100. Du Jouef ancien au matériel le plus moderne en passant par le Märklin ou de l'AS transformé tout passe dessus!
J'ai d'ailleurs hier à Lille, tenté de convaincre un des responsable de Peco présent sur leur stand, de produire ces appareils en trois rails. Il ne semblait pas très convaincu du marché potentiel mais après réflexion il n'a pas non plus dit non. A voir...
Mais bon, pour ton réseau rien n'est perdu et pour respecter cette loi de Murphy pourquoi ne pas envisager un deuxième démontage? :D Bien sûr je plaisante, mais peut-être qu'un jour tu envisageras la construction d'un réseau de plus grande importance et alors la question méritera d'être posée, à moins que d'ici la Peco ait résolu le problème.
En attendant, encore bravo pour ta réalisation, j'attends la suite avec impatience.
Alain Bertone
Avatar de l’utilisateur
Alain B
Bavard
 
Messages: 73
Inscrit le: Dim 26 Oct 2008, 20:16
Localisation: Montigny Les Cormeilles
Âge: 71
Echelle pratiquée: HO/Zéro

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Dim 30 Avr 2017, 18:28 
Alain B a écrit:Bravo pour le travail entrepris Manu. La construction d'un réseau est toujours un moment exaltant dans la vie d'un modéliste. Comme toi j'ai fait le choix du trois rails lors de la mise en chantier de mon réseau en 2009. Mes motivations quant au choix de ce système étaient à peu près les même que les tiennes. Mais le déclencheur à été la découverte en solde, 10 ans auparavant, d'une rame Cisalpin Lima en trois rails, chez un détaillant parisien. Il a bien fallu alors acheter quelques mètres de voie, (K) deux aiguilles et un transfo pour la faire rouler.
Ajoutons à cela que le tracé du réseau avec une boucle de retournement et un double sens de circulation sur celle-ci militait également pour la simplicité du trois rails dans ce cas de figure et mon réseau en trois rails est né (mais aujourd'hui pas encore complètement achevé)

(...)


Merci Alain pour ton sympathique témoignage qui permettra à nos amis de connaître d'autres options que celles que j'ai choisies.

Effectivement, mes réflexions initiales ont beaucoup porté sur cette problématique des aiguillages élancés Märklin voie K dont j'avais un souvenir mitigé. Je redémarre de zéro et mes faibles moyens ne me permettront jamais d'avoir beaucoup de locomotives. Pour quelques exemplaires j'ai donc pris la décision radicale de n'acheter que des engins moteur Marklin. J'ai eu la chance de trouver la 050 TA 23 qui n'a eu que des éloges sur le forum. Dès lors, la compatibilité avec des locos d'autres marques ne se posait plus pour moi.

Concernant mes billets, j'éprouve beaucoup de plaisir à vous les partager depuis maintenant un mois. Un certain nombre de lecteurs a manifesté son intérêt pour le sujet et à apporter des conseils avisés et des observations pertinentes.

Je les en remercie ici.

Je regrette de n'avoir pu me déplacer à Lilles. Mais c'est avec plaisir que je vais lire les reportages qui y seront consacrés.

Bonne fin de salon à tous et merci de ta visite.
A+
Manu
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Dim 30 Avr 2017, 19:36 
Premiers branchements électriques sur le module

Épisode 20 - La voie est posée et patinée. Il est temps de m'attaquer à la première phase du câblage électrique.

Maintenant que la voie est définitivement posée, il est possible de concevoir la première étape du câblage. Et cela nécessite d'être soigneux et ordonné. Car jusqu'à présent, je n'ai que l'alimentation traction à connecter. Mais à l'avenir de nombreux accessoires électriques viendront se greffer : moteurs, signalisation ferroviaire, éclairage public, illumination des bâtiments, ...

Faire un plan électrique soigneux

Même sur une surface aussi réduite, le câblage va rapidement se densifier et se compléxifier. Les risques de pannes seront nombreux - et forcémenent proportionnels au volume d'accessoires - et seront autant de réparations qu'il faut envisager. Il convient donc de faire un plan soigneux que l'on complète au fur et à mesure de l'évolution, en adoptant un code couleurs invariable.

- Rouge : le positif ou la phase du courant traction. Pour mon module, le câble rouge alimente le rail central ;

- Noir : le négatif ou le neutre du courant traction. Dans mon cas, le câble noir alimente les deux files de rails (hors zone de retrosignalisation) ;

- Jaune : positif ou phase en courant " accessoires " ;

- Marron : négatif ou neutre "accessoires" on/off

- bleu : négatif ou neutre des " accessoires " à impulsion.

Voilà pour le début.

Image

Photo 63 : le feeder traction est installé dans des peignes de reliures pour un câblage plus ordonné. On voit ici les liens permanents et les connections.Source : letraindemanu sur Canalblog

Quelques outillages

Point besoin de faire un plan rigoureux si le câblage physique est bordélique. Il faut donc quelques matériels pour travailler proprement. On trouve cela facilement dans toute GSB (Grande Surface de Bricolage dans notre jargon modélistique) :

-un tournevis adapté aux dominos,

-un dénudeur

-une pince coupante,

- et le fer à souder.

Voilà pour les outils. Il faut également du petit matériel :

- Trois barrettes de dominos pour câbles de section 1,5 ;

- vis pour fixer les dominos par paires ;

- Cinq mètres de câbles rouge et noir section 1,5 en câble rigide ;

- Une pochette de 50 liens permanents (serflex©) et 50 bases adhésives (vérifier les compatibilités) ;

- Dix peignes de reliure et un marqueur fin indélébile (en papeterie).

Image
Photo 64 : connections de la voie d'évitement au feeder traction.Source : letraindemanu sur Canalblog

Le feeder traction

Voici arrivé le moment où je vais apprécier mon choix en faveur d'un réseau sous forme de modules. J'ai pris quelques années et je ne suis plus aussi souple. Passer des après-midi allongé sous le réseau c'était fun il y a vingt-cinq ans. Ce n'est plus trop mon truc. Et c'est à cet instant que j'apprécie mon choix de module. Maintenant, plus de contorsions. Je bascule mon module d'un quart de tour et me voici assis confortablement face à mon plan de travail.

Je commence par tracer au crayon l'axe de la voie sous le plateau, en évitant les aiguillages pour laisser la place aux éventuels moteurs sous table. Sur ce tracé, je fixe des peignes de reliure en plastique d'est en ouest par sections comprises entre les différents débouchés de fils (photo 63 en haut de page). La longueur des peignes est ajustée avec de simples ciseaux.

Ensuite je repère tous les câbles rouges et noirs qui viennent des voies. On en trouve à chaque extremité du module soudés aux deux voies de transition, sur la voie principale et la voie d'evitement ainsi que sur chaque embranchement. À chaque débouché du plateau, je conserve une dizaine de centimetres des fils et les range en boucles maintenues par un lien Serflex© fixé sur un support adhésif. Les extrémités ont été dénudées et étamés. Les fils sont ensuite munis d'un domino grâce auquel il sera relié au feeder (photo 64 Ci-dessus).

Je poursuis en fixant le boitier digital Marklin, prises vers la face spectateurs à une dizaine de centimètres en retrait de la face avant pour permettre des branchements aisés. Je l'installe au centre du module dans l'axe est-ouest, ce qui me permet de garder en main la Mobile-Station en tous points du module avec son câble de 170 cm (photo 65 ci-dessous)

Image

Photo 65 : Le branchement de la mobile-station 2 Märklin digital. Source : letraindemanu sur Canalblog

A ce stade donc, la centrale digitale est installée, les peignes sont en place et tous les débouchés de câbles sont traités. Je vais donc installer le feeder.

On appelle feeder un câble de distribution de forte section - un câble de 0,75 suffit même si j'ai opté pour du 1,5 - qui traverse le module d'est en ouest. Il assure une homogénéité dans la puissance du courant qui le traverse, même s'il y a des pertes en fonction de la distance parcourue et de la section. Ce feeder est relié par un domino aux câbles qui viennent du boitier digital. C'est tout au long de ce feeder que seront connectés les fils précédemment préparés. Ce feeder, qui suit le tracé de la voie en faisant attention toutefois d'éviter les aiguillages (place d'éventuels moteurs sous table), est rangé dans les peignes de reliure.

Je démarre de l'est, c'est a dire de la gauche du module, là où la voie est au plus proche du spectateur (photo 66 ci-dessous). A cette extrémité, je prévois une barrette de dominos d'au moins 6 prises : il faut dès à présent penser à l'alimentation traction des coulisses ou extensions. En complément du plan, je note des informations au marqueur indélébile à proximité des câbles. Les plus exigeants peuvent même numéroter chaque câble à chaque extrémité. C'est un peu fastidieux et cela alourdit la facture en bagues numérotées.

Tous les fils qui sont connectés dans une même prise de domino sont soudés entre eux au préalable.

Je répète l'opération à chacune des jonctions jusqu'à l'extrémité ouest.
Image
Photo 66 : Les connections Est du module. Extrémité gauche. Source : letraindemanu sur Canalblog

J'ai choisi les dominos pour les connections. Faciles à trouver et aisés à l'emploi. En plus c'est le meilleur rapport qualité/prix.

Désormais le circuit électrique "traction" est achevé et connecté proprement. A priori il est définitif. Je vais maintenant pouvoir dégourdir les bielles de ma petite 050.

Un dernier mot sur la connection de la Mobile-Station. La prise multipoles est un point sensible dont il faut absolument éviter l'arrachement accidentelle. Il sera fixé plus tard. En attendant, prudence.

Emmanuel
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Jeu 04 Mai 2017, 14:44 
Pourquoi créer une compagnie ferroviaire ?

Épisode 21 - La surface disponible ne me permet que la circulation de trains courts où les manoeuvres prédomineront. Le thème d'une ligne desservant des emprises industrielles permet et justifie la création d'une compagnie ferroviaire qui donnera de la cohérence à l'exploitation future.

Justifier la cohabitation des matériels

Lorsqu'on pratique comme moi le modélisme à l'affect (photo 69 ci-dessous), on se retrouve vite confronté à un problème de cohérences historiques en achetant son matériel roulant. Eh, oui, je le reconnais bien volontiers, j'ai toujours acheté mes engins de traction sur des coups de coeur. Rien de rationnel par définition. On succombe à un modèle pour sa forme atypique, sa livrée attrayante, ses spécificités technologiques et surtout son rapport qualité/prix. Parfois, c'est aussi simplement un onéreux et superbe cadeau d'un être cher. Alors, rapidement, on se pose la question de comment permettre la cohabitation d'engins de tractions ou de matériels tractés qui ne se sont jamais rencontrés, historiquement ou géographiquement, dans la réalité ? On peut toujours s'affranchir de ces réalités, mais le spectateur, même néophyte, ne pourra que constater ces anachronismes qui nuisent à l'harmonie générale et plus encore si le décor est particulièrement soigné.

Image
Photo 69 : la BR 050 avec tender-cabine, une production emblématique de Märklin, une de mes locomotives préférées. Source : Märklin.fr

Préservation de patrimoines ferroviaires

La solution souvent retenue est de suggérer qu'une association ou un cercle fictif gère du patrimoine ferroviaire historique. Cela permet donc la circulation de matériels anciens, en particulier des locomotives à vapeur, dans un environnement plus ou moins moderne.

L'avantage de cette formule, nonobstant la cohabitation cohérente recherchée pour le spectateur, évite également la patine du matériel concerné afin de lui garder toute la superbe qui lui est due. Option de choix pour le modéliste collectionneur qui peut ainsi justifier du matériel rutilant sans risquer de le decôter par des travaux de patine.

Solution aussi pour le modéliste débutant, aux moyens modestes, ou ne voulant tout simplement pas se lancer dans des patines parfois hasardeuses. On peut en effet tout autant justifier la splendeur d'un bâtiment voyageur en imaginant que ce patrimoine immobilier est également entretenu par la même association, ce BV pouvant alors recevoir un espace musée, inspiré du vrai "Rosny-Rail", avec des mannequins Preiser en tenue d'époque, un espace billeterie pour les trains spéciaux, et pourquoi pas y associer une placette où des amateurs de voitures anciennes viendraient à se réunir, comme cela existe Esplanade Saint-Louis à Paris. Tout peut y être présenté neuf puisque parfaitement entretenu.

A l'inverse, toujours dans l'esprit de cette conservation de vieux matériels, on peut aussi figurer des installations minimalistes, voire certains bâtiments délabrés, l'association fictive ayant vu fondre ses subventions publiques pour causes budgétaires et axant prioritairement sa trésorerie sur l'entretien du parc roulant.

Mais si cette démarche peut justifier la circulation de convois voyageurs sous la forme de trains touristiques ou historiques remplis de petits Preiser ou Noch nostalgiques, elle reste plus compliquée pour justifier un trafic de marchandises (photo 70 ci-dessous).

Image
Photo 70 : Le plan des voies de mon module 1 avant la pose de mon dernier aiguillage. Une desserte industrielle s'impose. Source : letraindemanu sur Canalblog.

L'uchronie

Pourquoi alors ne pas pratiquer l'uchronie ? L'uchonie est un style littéraire très utilisé en modélisme ferroviaire qui consiste, à partir d'un événement historique ayant réellement existé, à lui attribuer un développement différent. En quelque sorte, on réécrit l'histoire sur une base utopiste et l'on crée un monde parallèle. Dans mon esprit, il va donc falloir permettre la coexistence notamment de matériels roulants qui, tant historiquement que géographiquement, n'ont jamais pu se cotoyer.

Dans ce monde utopique qu'est mon futur module, je me plais à imaginer qu'en 1981, lorsque François Mitterrand inaugura le Train à Grand Vitesse, il décida dans le même temps de développer aussi le trafic marchandises alors sur le déclin, malgré l'opposition des organisations patronales de transports routiers qui s'inquiétaient de cette concurrence ferroviaire. Mais le gouvernement de Pierre Mauroy proposa une loi qui permettait de créer des compagnies ferroviaires régionales sous le statut de societés à économie mixte pour exploiter des lignes concédées par notre opérateur national.

Ainsi est née la "Compagnie Industrielle et commerciale" pour gérer une cinquantaine de kilomètres de voies - dans une région qu'il me reste à définir en fonction de l'architecture de mes futurs bâtiments - à vocation de dessertes industrielles. La compagnie racheta alors quelques matériels à des sociétés de transports ferroviaires - Cela me permet de justifier tous mes achats futurs quels que soient l'époque ou la compagnie ! - Contractuellement, elle s'engagea à développer la desserte industrielle de proximité en étoffant l'offre de cabotage, à maintenir un service public aux usagers voyageurs en élargissant les plages horaires, et à préserver le patrimoine en entretenant la 050 TA 23 qui était entreposée jusqu'alors dans les locaux de "l'association départementale pour la préservation de la 050 TA 23".

Ainsi la CIC s'est-elle vue confier, par le Conseil général voulant redynamiser l'activité économique, la desserte de nombreuses entreprises qui justifient un transport de marchandises de plus en plus conséquent, les liaisons cantonnales de voyageurs pour desservir les marchés, foires et salons et son implication dans l'essor touristique avec dessertes saisonnières.

Voila qui devrait justifier la cohabitation de matériels hétéroclytes même s'il me faudra affiner cette réflexion au fur et à mesure de l'avancement de mes travaux et de la constitution de mon parc roulant.

Jouer au train

Chacun pratique le modélisme selon ses aspirations. Il y a les contemplatifs qui aiment admirer leurs compositions se dérouler sous leurs yeux. Il faut déjà disposer d'un réseau suffisament spacieux et de matériels en conséquence. Pour ce qui me concerne, j'ai toujours eu une forte aspiration pour l'aspect ludique avec une nette préférence pour les manoeuvres : "faire mes aiguilles", gérer ma signalisation, dételer, dispatcher, composer les rames, ...

Pour pimenter le jeu, je vais m'inspirer des pratiques de nos amis Anglais et Américains avec leurs "Car cards" depuis 1961. Loco-Revue y a d'ailleurs consacré un article signé de Philippe Cousyn dans le numéro 836 de mars 2017 (photo 71).

Image
Photo 71 : Extrait de Loco-revue n°836 de mars 2017

L'idée générale est de se confectionner des "fiches wagons" pour chaque matériel tracté, des "fiches locos" pour chaque engin de traction, des "fiches circulation" pour définir des cycles. Un dé permet de faire des tirages au sort sensé représenter les commandes des clients embranchés, un autre tirage au sort pouvant représenter des aléas à gérer : panne d'un engin de traction, indisponibilité d'un wagon, retard d'un train déjà en ligne, vache sur la voie,....

Là encore, il ne s'agit que d'une ligne directrice qu'il conviendra d'affiner au gré des réflexions et des lectures, mais sur laquelle je peux d'ores et déjà m'appuyer pour définir plus précisément le choix de mes industries embranchées - et donc leurs bâtiments et installations - et de la constitution de mon parc tracté.

Notre réseau est une pièce de théâtre dont nous avons rédigé le script.

Nous y dirigeons les acteurs que nous avons choisis selon un scénario que nous avons imaginé, dans un décor que nous avons pensé et construit. Nous y insérons tous les effets spéciaux digitaux que nous offrent la technologie moderne, tous les artifices qu'offrent les effets visuels et sonores pour plonger nos spectateurs dans un univers fantastique où se mêlent nostalgie et utopisme.

Emmanuel
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Jeu 04 Mai 2017, 15:11 
Bonjour Manu93,

Très intéressante lecture que ton dernier post, je ferai juste un peu d'humour sur l'uchronie que tu développes, en la qualifiant d’utopiste ! :mrgreen:
Il s'agirait presque d'un monde ferroviaire idéal.

Je suis également très sensible à l'écriture d'un contexte, au développement d'un concept personnel, après est-il réellement nécessaire de chercher une justification à tout ce que toi tu désires faire (ou ne pas faire). La démarche peut se révéler hasardeuse, par exemple une locomotive même rutilante n'a dans la réalité pas l'aspect d'un modèle H0 sorti de sa boîte.

Mélanger les époques, les régions, les modes de tractions, la patine ou pas la patine, fait comme bon te semble ! :D L'essentiel est que tu t'épanouisses dans la construction et l'exploitation de ton réseau modèle.

Pour finir j'aime beaucoup aussi le principe des manœuvres et les fiches wagons ainsi que les articles dans LR sur ce thème sont excellents.
MODULE OO et HO
Avatar de l’utilisateur
Moduleho
Modélisme Gibi
 
Messages: 9747
Inscrit le: Mer 17 Août 2005, 11:16
Localisation: MARSEILLE
Âge: 48
Echelle pratiquée: 00 et H0
Prénom: Alain
Club: L.V.T.V.

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Jeu 04 Mai 2017, 15:51 
Moduleho a écrit:Bonjour Manu93,

Très intéressante lecture que ton dernier post, je ferai juste un peu d'humour sur l'uchronie que tu développes, en la qualifiant d’utopiste ! :mrgreen:
Il s'agirait presque d'un monde ferroviaire idéal.

(..)

Mélanger les époques, les régions, les modes de tractions, la patine ou pas la patine, fait comme bon te semble ! :D L'essentiel est que tu t'épanouisses dans la construction et l'exploitation de ton réseau modèle.

Pour finir j'aime beaucoup aussi le principe des manœuvres et les fiches wagons ainsi que les articles dans LR sur ce thème sont excellents.


Bonjour Moduleho,

Ce ne sont que quelques réflexions pour me fixer une ligne directrice et orienter mes achats futurs même si je conserve toute latitude en fonction de mes coups de coeur et des disponibilités.

Tu as bien raison, l'essentiel c'est bien de se faire plaisir.

Merci de tes visites et de tes appréciations amicales.
A+
Manu
letraindemanu.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 20:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 51
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

PrécédentSuivant

Retour vers Clés pour le train miniature

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)