Tenders

Construction intégrale ou montage de kits : tous les matériaux sont concernés

Modérateur : MOD

Avatar du membre
Pierre B
Intarissable !
Messages : 13538
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 14:20
Echelle pratiquée : H0
Localisation : France
Âge : 63

Re: Tenders

Message par Pierre B » lun. 31 déc. 2007, 18:10

jejedavon a écrit : . . . ]quelle différence visuelle y-a-t-il entre un 34 P et un 36 P ?. Je n'en vois pas vraiment entre le 36 P de la 241 P Jouef et le 34 P de la 241 P Fulgurex[ . . .
Pas de problème. Je t'échange volontiers le tender Jouef contre le tender Fulgurex. S'il en est de même pour la machine, alors autant échanger le tout. Super 8) . :coeur1:
Pierre

Avatar du membre
rabelaisien
Prolixe
Messages : 1695
Enregistré le : sam. 10 sept. 2005, 14:13
Site Internet : http://fr.groups.yahoo.com/group/Transp ... ssage/3332
Localisation : Rue du quatrième zouave, 93110 Rosny-sous-Bois

Message par rabelaisien » lun. 31 déc. 2007, 23:28

Qu'est ce qui était le plus intéressant pour le personnel, le stocker, dont m'avait parlé mon oncle, mécanicien vapuer puis électrique au dépôt de Villeneuve-Saint-Georges, ou le pousseur de charbon ?
Liens rompus, voir mon www

Avatar du membre
morvan
Une promo? J'achète!
Messages : 16419
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 12:28
Echelle pratiquée : HO & Z
Localisation : Colombes (92) & Clamecy (58)
Âge : 74

Message par morvan » mar. 01 janv. 2008, 09:40

Pour les tenders unifiés,

voir aussi Ferrovissime N°1 au sujet des 240 P.
Morvandiau Gnôle Power

Y25
Expansif
Messages : 2521
Enregistré le : dim. 08 janv. 2006, 11:36
Localisation : 93140 Bondy
Âge : 69

Message par Y25 » mar. 01 janv. 2008, 10:46

Le pousseur de charbon aidait à ramener le combustible du fond de la soute. En effet, le chauffeur utilisait d'abord le charbon le plus proche et, au fur et à mesure de la consommation, devait ensuite ramener vers l'avant celui qui était au fond, délaissant un temps la chauffe. C'était de plus un effort supplémentaire pour ce chauffeur. Le pousseur visait à faciliter le travail.

Le stocker, sorte de vis sans fin reliant le fond de la soute du tender et le foyer, permettait d'automatiser le chargement. En théorie, le chauffeur n'avait qu'à règler le débit du stocker, actionné par un moteur à vapeur. Sur la table de distribution, là où arrivait le combustible, il pouvait, par un jeu de jets de vapeur le répartir vers tel ou tel point de la grille. Le combustible était calibré pour faciliter le passage dans le stocker.

Donc, si tout allait bien, le chauffeur pouvait, notamment dans les 141 R, faire la charge de son fauteuil, jouant des robinets à vapeur pour alimenter le foyer.

Mais nul doute qu'il y avait des incidents (stocker en panne) ou des "règlages" du chargement (le stocker garnissait-il bien dans les coins de la grille ?) nécessitant du chauffeur de reprendre la pelle.

Avatar du membre
Pascal_pmidi
Plâtrier du forum
Messages : 13062
Enregistré le : sam. 22 sept. 2007, 14:35
Site Internet : http://pascalcook.free.fr/
Localisation : France-Aude
Âge : 52

Message par Pascal_pmidi » mar. 01 janv. 2008, 18:18

ten-wheel a écrit :J'ai trouvé la fiche LR n° 435/436 traitant les Tenders 37 m3 type Nord. En voila un résumé...
En 1928, le réseau du Nord a fait construire le premier tender d'une longue série, numéroté 35.001 (capacité réelle des soutes à eau: 37 m3), selon une conception nouvelle et qui allait être reproduite, à quelques variantes près, à 777 exemplaires, à savoir:
- 267 pour le réseau du Nord.
- 31 pour le P.O.-Midi
- 479 pour la SNCF car cette technique fut appliquée pour tous les tenders Unifiés, sauf les 8 tenders 32 P.
Touc ces tenders avaient les mêmes dimensions générales extérieures et l'attelage unifié Nord.
Ils différaient par les points suivants:
- Dessins des flasques de bogies (3 types).
- Timonerie de frein.
- Soute à combustible: tous ces tenders pouvaient contenir 38 m3 d'eau. les différences en moins provenaient, soit de la présence d'un stoker, qui prenait l'emplacement de 2 m3 d'eau, soit de l'augmentation de la capacité de la soute à charbon, soit les deux cas réunis (tenders 34 P).
- tampons arrières.
- Echelles d'accès et rambardes.
- Trémie à combustible, deux cas particuliers: Les 37 m3 Nord et P.O.-Midi avaient une trémie ovale vue de dessus, les 36 B Nord avaient une rémie élargie.
- Prises d 'eau, qui variaient dans leur forme, leur emplacement et leur commande.
- Coffres à effets et outils à différents emplacements.

Régions d'affectation et loco accouplées:

Tenders 34 P 1 à 148 avec stoker, accouplés à:
- Est : 141 P, 241 P, 150 P
- Nord : 241 P, 150 P
- Ouest : 141 P, 241 P
- Sud-Est : 141 P, 241 P

Tender 35 A 1 : ex Nord 35 143 avec stoker BK de 1931 à 1947, accouplé à la Nord 3-1150 (2-231 B 1) de 1934 à 1947. Premier essai de stoker en france, redevenu 37 A 150 en 1947 (suppression du stoker).

Tenders 36 A 1 à 30 ex Nord 38001 à 38030, quelques stokers, accouplés aux 2-150 B 1 à 30,

Tenders 36 B 1 à 9 ex Nord 38109 à 38117,avec stoker HTI, accouplés au 232 R, S, U et 2-150 B, 2-150 P et le prototype 2-232 P

Tenders 36P 1 à 29 (ex 38 P), avec stoker HTI, accouplés aux:
- Est : 150 P à partir de 1960, suivent les 241 P de La Chapelle qui sont mutées à l'Est
- Nord : 150 P, à l'origine pour les 241 P de La Chapelle
- Sud-Est 240 P. Ils ont été mutés au nord en 1952 (réforme des 240 P)

Tenders 36 Q 1 à 11 avec stoker HTI, accouplés aux 150 P, et à 240 P pour photo usine

Tenders 37 A 1 à 159 ex Nord 35010 à 35143
accouplés aux:
- Est : 231 G-K(ex PLM) à partir de 1955
- Nord : 2-221 A, 230 D, 231 A, B, C, D, E, G-K, 140 A, 150 A, C.
- Sud-Ouest : 231 G-K (ex PLM) vers 1964.

Tenders 37 A 701 à 721 ex PO-Midi 3701 à 3721 puis 37701 à 37721 accouplés aux:
- Est : 17 mutés du SO en 1945 avec les 4-231 F et devenus 1-37 A 401 à 417.
- Sud-Ouest : 4-231 F puis 231 G-K (ex PLM, Est, et Sud-Ouest).

Tenders 38 A 1 à 78 ex Nord 38031 à 38108 accouplés aux 2-231 C et E, G-K (ex PLM), 150 A et C;

Tenders 38 A 1 à 10 ex PO-Midi 38001 à 38010 accouplés aux:
- Est : 231 G-K (ex PLM) à partir de 1955
- Sud-Ouest : 4-231 H, 160 A1 (38 A 5), 231 G-K(ex PLM)

Tenders 38 P 1 à 21 avec pousseur de charbon, accouplés aux Nord 150 P entre 16 et 50 à chauffe manuelle, et à au moins une 2-231 G ex-PLM

Bon ben maintenant je vais faire une bonne sièste...
avec le précédent d'Y25, on est au complet, mais je réalise quelques rajouts en couleur.
Pascal

Avatar du membre
TMB15
Incontournable... en fait !
Messages : 12238
Enregistré le : dim. 16 déc. 2007, 11:57
Localisation : La tête au NORD et dans l' Ep III pour ne pas avoir sur mon réseau ce qui passe sous ma fenêtre !

Message par TMB15 » mar. 01 janv. 2008, 21:49

Y25 a écrit :Le pousseur de charbon aidait à ramener le combustible du fond de la soute. En effet, le chauffeur utilisait d'abord le charbon le plus proche et, au fur et à mesure de la consommation, devait ensuite ramener vers l'avant celui qui était au fond, délaissant un temps la chauffe. C'était de plus un effort supplémentaire pour ce chauffeur. Le pousseur visait à faciliter le travail.

Le stocker, sorte de vis sans fin reliant le fond de la soute du tender et le foyer, permettait d'automatiser le chargement. En théorie, le chauffeur n'avait qu'à règler le débit du stocker, actionné par un moteur à vapeur. Sur la table de distribution, là où arrivait le combustible, il pouvait, par un jeu de jets de vapeur le répartir vers tel ou tel point de la grille. Le combustible était calibré pour faciliter le passage dans le stocker.

Donc, si tout allait bien, le chauffeur pouvait, notamment dans les 141 R, faire la charge de son fauteuil, jouant des robinets à vapeur pour alimenter le foyer.

Mais nul doute qu'il y avait des incidents (stocker en panne) ou des "règlages" du chargement (le stocker garnissait-il bien dans les coins de la grille ?) nécessitant du chauffeur de reprendre la pelle.
Le chauffeur devait jouer de la pelle, très souvent pour garnir les coins, ce qu'un stocker ne peut faire. Un stocker ne peut tirer dans les coins ! Et ceux de chaque côtés de la porte ne peuvent être laissés à découvert !

Et la chauffe, ce n'est pas que le travail à la pelle (la charge), mais lorsqu'un feu à bonne allure, qu'il est clair et chante bien, il ne faut pas oublier que souvent, il doit être travaillé au ringard ! Le ringard sert à accélérer les allures là ou la conbustion est imparfaite, souvent des mâchefer qui s'aglutinent et se soudent, formant une plaque qu'il faut alors casser... On évite cela en triturant le feu dans les endroits plus foncés...

Mais oui, un stocker, c'est 5 ou 7 tonnes de charbon qui vont tout seuls dans le foyer ! Et ça , sur un plate forme, qui bouge parfois tellement qu'il faut déjà tenir debout !

Avatar du membre
Ten-wheel
c'est le Nooord !
Messages : 18643
Enregistré le : ven. 05 oct. 2007, 14:41
Echelle pratiquée : Zéro époque II
Prénom : Alain
Club : "Faites du train" St Affrique
Site Internet : http://forum.e-train.fr/viewtopic.php?f=4&t=83327
Localisation : Rouergue
Âge : 69

Message par Ten-wheel » mer. 02 janv. 2008, 11:34

TMB15 a écrit :
Le chauffeur devait jouer de la pelle, très souvent pour garnir les coins, ce qu'un stocker ne peut faire. Un stocker ne peut tirer dans les coins ! Et ceux de chaque côtés de la porte ne peuvent être laissés à découvert !

Et la chauffe, ce n'est pas que le travail à la pelle (la charge), mais lorsqu'un feu à bonne allure, qu'il est clair et chante bien, il ne faut pas oublier que souvent, il doit être travaillé au ringard ! Le ringard sert à accélérer les allures là ou la conbustion est imparfaite, souvent des mâchefer qui s'aglutinent et se soudent, formant une plaque qu'il faut alors casser... On évite cela en triturant le feu dans les endroits plus foncés...

Mais oui, un stocker, c'est 5 ou 7 tonnes de charbon qui vont tout seuls dans le foyer ! Et ça , sur un plate forme, qui bouge parfois tellement qu'il faut déjà tenir debout !
Pas tout à fait d'accord avec toi...
Les chargeurs les plus utilisé en France étaient les stokers HT 1 de la société Stein et Roubaix.
On règle la quantité de charbon admise en faisant varier la vitesse du moteur ( à vapeur disposé dans le tender). Le charbon est ensuite réparti sur la grille à l'aide de petits jets de vapeurs réglables ensemble ou séparément.
D'autre part, comme l'alimentation du foyer est continue, on travaille toujours avec une mince couche de charbon sur la grille, contrairement à la pratique des machines à chauffe manuelle et donc intermittente, où on travaille toujours avec un feu épais, bien garni sur les côtés et dans les angles.
Alain.
Le zéro extraordi'Nord

Avatar du membre
TMB15
Incontournable... en fait !
Messages : 12238
Enregistré le : dim. 16 déc. 2007, 11:57
Localisation : La tête au NORD et dans l' Ep III pour ne pas avoir sur mon réseau ce qui passe sous ma fenêtre !

Message par TMB15 » mer. 02 janv. 2008, 14:38

ten-wheel a écrit :
TMB15 a écrit :
Le chauffeur devait jouer de la pelle, très souvent pour garnir les coins, ce qu'un stocker ne peut faire. Un stocker ne peut tirer dans les coins ! Et ceux de chaque côtés de la porte ne peuvent être laissés à découvert !

Et la chauffe, ce n'est pas que le travail à la pelle (la charge), mais lorsqu'un feu à bonne allure, qu'il est clair et chante bien, il ne faut pas oublier que souvent, il doit être travaillé au ringard ! Le ringard sert à accélérer les allures là ou la conbustion est imparfaite, souvent des mâchefer qui s'aglutinent et se soudent, formant une plaque qu'il faut alors casser... On évite cela en triturant le feu dans les endroits plus foncés...

Mais oui, un stocker, c'est 5 ou 7 tonnes de charbon qui vont tout seuls dans le foyer ! Et ça , sur un plate forme, qui bouge parfois tellement qu'il faut déjà tenir debout !
Pas tout à fait d'accord avec toi...
Les chargeurs les plus utilisé en France étaient les stokers HT 1 de la société Stein et Roubaix.
On règle la quantité de charbon admise en faisant varier la vitesse du moteur ( à vapeur disposé dans le tender). Le charbon est ensuite réparti sur la grille à l'aide de petits jets de vapeurs réglables ensemble ou séparément.
D'autre part, comme l'alimentation du foyer est continue, on travaille toujours avec une mince couche de charbon sur la grille, contrairement à la pratique des machines à chauffe manuelle et donc intermittente, où on travaille toujours avec un feu épais, bien garni sur les côtés et dans les angles.
Je ne parle pas des allures de chauffe ou de l'épaisseur de charbon en ignition.. Je parle de garnir les coins, ceux près de la porte du foyer.. A tu déjà tenu la pelle ??? Moi, oui...

Avatar du membre
Ten-wheel
c'est le Nooord !
Messages : 18643
Enregistré le : ven. 05 oct. 2007, 14:41
Echelle pratiquée : Zéro époque II
Prénom : Alain
Club : "Faites du train" St Affrique
Site Internet : http://forum.e-train.fr/viewtopic.php?f=4&t=83327
Localisation : Rouergue
Âge : 69

Message par Ten-wheel » mer. 02 janv. 2008, 14:56

TMB15 a écrit :
ten-wheel a écrit : Pas tout à fait d'accord avec toi...
Les chargeurs les plus utilisé en France étaient les stokers HT 1 de la société Stein et Roubaix.
On règle la quantité de charbon admise en faisant varier la vitesse du moteur ( à vapeur disposé dans le tender). Le charbon est ensuite réparti sur la grille à l'aide de petits jets de vapeurs réglables ensemble ou séparément.
D'autre part, comme l'alimentation du foyer est continue, on travaille toujours avec une mince couche de charbon sur la grille, contrairement à la pratique des machines à chauffe manuelle et donc intermittente, où on travaille toujours avec un feu épais, bien garni sur les côtés et dans les angles.
Je ne parle pas des allures de chauffe ou de l'épaisseur de charbon en ignition.. Je parle de garnir les coins, ceux près de la porte du foyer.. A tu déjà tenu la pelle ??? Moi, oui...
Je dis principalement que le charbon est réparti sur la grille par des jets de vapeur et qu' a l'inverse de la chauffe manuelle, il n'est pas besoin de garnir les côtés et les angles.
Tant mieux pour toi si tu as tenu une pelle...
Alain.
Le zéro extraordi'Nord

Avatar du membre
Pascal_pmidi
Plâtrier du forum
Messages : 13062
Enregistré le : sam. 22 sept. 2007, 14:35
Site Internet : http://pascalcook.free.fr/
Localisation : France-Aude
Âge : 52

Message par Pascal_pmidi » mer. 02 janv. 2008, 16:32

en parlant de tender, on peut avoir les diagrammes des 36 P et 36 Q dans le dernier Ferrovissime...
Pascal

Avatar du membre
morvan
Une promo? J'achète!
Messages : 16419
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 12:28
Echelle pratiquée : HO & Z
Localisation : Colombes (92) & Clamecy (58)
Âge : 74

Message par morvan » mer. 02 janv. 2008, 16:42

morvan a écrit :Pour les tenders unifiés,

voir aussi Ferrovissime N°1 au sujet des 240 P.
Modifié en dernier par morvan le mer. 02 janv. 2008, 16:45, modifié 1 fois.
Morvandiau Gnôle Power

Avatar du membre
morvan
Une promo? J'achète!
Messages : 16419
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 12:28
Echelle pratiquée : HO & Z
Localisation : Colombes (92) & Clamecy (58)
Âge : 74

Message par morvan » mer. 02 janv. 2008, 16:43

pascal_pmidi a écrit :en parlant de tender, on peut avoir les diagrammes des 36 P et 36 Q dans le dernier Ferrovissime...

C'est sûr !!!!!!
Morvandiau Gnôle Power

Avatar du membre
Pascal_pmidi
Plâtrier du forum
Messages : 13062
Enregistré le : sam. 22 sept. 2007, 14:35
Site Internet : http://pascalcook.free.fr/
Localisation : France-Aude
Âge : 52

Message par Pascal_pmidi » mer. 02 janv. 2008, 16:55

morvan a écrit :
pascal_pmidi a écrit :en parlant de tender, on peut avoir les diagrammes des 36 P et 36 Q dans le dernier Ferrovissime...

C'est sûr !!!!!!
j'avais zappé le post de Morvan :ange3: :ange3:
Pascal

Avatar du membre
TMB15
Incontournable... en fait !
Messages : 12238
Enregistré le : dim. 16 déc. 2007, 11:57
Localisation : La tête au NORD et dans l' Ep III pour ne pas avoir sur mon réseau ce qui passe sous ma fenêtre !

Message par TMB15 » jeu. 03 janv. 2008, 02:26

ten-wheel a écrit :
TMB15 a écrit : Je ne parle pas des allures de chauffe ou de l'épaisseur de charbon en ignition.. Je parle de garnir les coins, ceux près de la porte du foyer.. A tu déjà tenu la pelle ??? Moi, oui...
Je dis principalement que le charbon est réparti sur la grille par des jets de vapeur et qu' a l'inverse de la chauffe manuelle, il n'est pas besoin de garnir les côtés et les angles.
Tant mieux pour toi si tu as tenu une pelle...
Garnir les angles du foyer est une obligation vitale ! Ce qu'un stoker ne peut faire correctement, de plus il faut toujour travailler le feu et le répartir...

Il n'est pas possible, aux grosses allures que quelques cm2 de foyer soient découverts : l'air froid ruine le reste du travail et est une perte considérables de calories alors que souvent, la surface du foyer est calculée au plus juste !

De plus, de l'air froid génère une contrainte thermique préjudiciable à la bonne tenue des aciers et de la voûte !

C'est quand la chaudière n'a pas (ou plus) à produire de vapeur que l'on se contente d'un talon... Selon la chaudière (ou le chauffeur) le talon est fait contre la plaque tubulaire ou au bas de la porte du foyer..

Penny
Volubile
Messages : 2038
Enregistré le : ven. 18 mai 2007, 15:13

Message par Penny » sam. 05 janv. 2008, 16:45

ten-wheel a écrit :Les tender portant la lettre "P" ou "Q" sont les tenders unifiés. Ils ont été construits en cinq séries:
32 P 1 à 9
34 P 1 à 418
36 P 1 à 29
38 P 1 à 21
36 Q 1 à 11
Plus de détails si quelqu'un le souhaite ou voir le HS "Le train" 2/95 - Les Vapeurs Unifiées -
J'aurais bien aimé connaître les constructeurs et années de mise en service de ces tenders. Je ne possède pas le HS "Le train". Qui peut me renseigner ?
D'autre part, si j'ai tout bien compris (c'est pas sûr :? ) les 36 P sont des ex 38 P transformés ? Combien y-avait-il de 38 P initiallement : 50 ?
Merci d'avance.
A+

Répondre