Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Echanger des trucs, construire le modélisme de demain...

Modérateur: MOD

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 10:01 
Protocab a écrit:

En effet, on est loin du plug and play avec cette loco :mrgreen:



Faut dire que sur une 63000 Roco c'est déjà impossible de mettre le son et même difficile de mettre un décodeur ...


Mais justement quid du mariage entre ce système de radio commande et le son?.

Je sais que c'est un sujet controversé mais pour moi le passage au son est sans retour, surtout pour les vapeurs et les Diesel.
Part marginale de la clientèle
Avatar de l’utilisateur
Pierre bis
Intarissable !
 
Messages: 10365
Inscrit le: Ven 13 Avr 2007, 09:12
Localisation: Paris
Âge: 58
Echelle pratiquée: HO

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 10:33 
C'est "prévu", enfin si il y a une demande sur le marché UK d'abord :geek:
Comme tu le dis, il n'y a pas beaucoup de place sur ces engins pour le son, si on rajoute la batterie, il va falloir installer une remorque ou une galerie :mdr:

Blague a part, en tant que distributeur, j'essaye de faire remonter les infos des clients au Big Boss en Écosse, ca prend du temps :siffle:

On commence tout juste sur le marché Français, cela ne saurait tarder avant la prochaine vague d'innovation et de mise en vente des nouveaux produits. Ils sont prêts techniquement, c'est les ventes qui déterminerons la rapidité d’exécution de la phase 2 :geek:
0% câblage, 100% autonome
Avatar de l’utilisateur
Protocab
 
Messages: 0
Inscrit le: Ven 01 Déc 2017, 10:14
Localisation: Scotland
Âge: 8
Echelle pratiquée: N,HO,O
Prénom: Nick
Club: Protocab

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 20:44 
Alors un grand merci pour vos soutiens. Ca me donne du courage et il va en falloir. Je vais vous montrer, dés que possible, mes premiers travaux ainsi que mes tâtonnements ... vous risquez de bien rigoler et j'autorise le foutage de tronche!

Je vais juste revenir un instant sur les débats.
Tout d'abord, je ne suis absolument pas certain de parvenir au bout du projet. Donc si j'échoue, on pourra gausser et se moquer à raison :mdr: . Sachez cependant que j'ai volontairement choisi le 63500 roco de mon parc car c'est elle qui dispose du moins de place. Si j'y arrive, alors les autres passeront sans trop de problèmes (comme la 130tc de la marque par exemple). Si j'échoue j'aurais une pensée émue pour mon papa qui m'avait offert cette machine il y a bien longtemps déjà.

Pourquoi Protocab? Bluerail n'est plus dispo comme l'a très justement indiqué Aubrac. Mais même sans ça, je serais resté sur protocab pour sa conception 100% power on board et le fait que ce produit a subi les tests de l'autorité de régulation des fréquences UK. Un gage de travail bien fait et qui évitera d'éventuels problèmes que l'on pourrait rencontrer avec les systèmes US non homologués dans l'UE.

Pour moi le 100% power on board est l'avenir. Pourquoi? Parce-que je trouve qu'il y a une contradiction majeure de nos jours entre le système deux rails et le DCC. Pourquoi donc? Le DCC n'est pas le problème. C'est une technologie très sophistiquée qui fait appel à une électronique de pointe. Sauf que, comme toute électronique contemporaine, il lui faut une alimentation électrique de qualité c'est à dire stable et sans court-circuits.
Or, le système deux rails est tout sauf un système fiable pour la transmission de l'électricité. La meilleure preuve en est : nos amis qui font du trois rails. Ils ne plantent que très rarement leurs machines alors que nous, même avec une belle voie bien régulière ... ben on plante ... :cry:

Le système 100% power on board apporte cette continuité électrique dont l'électronique à besoin. J'ai remarqué que beaucoup de modélistes se plaignaient des pannes à répétition des nouveaux modèles ... essentiellement pour des raisons d'électronique. Je reste personnellement persuadé qu'une partie (majeure?) de ces pannes est dû à la mauvaise qualité de la captation du courant par nos machines. Si à cela on ajoute les court-circuits (voulus comme dans les solutions de gestion des boucles) ou involontaires (talonnage d'une aiguille alors que la pointe de coeur est alimentée), ça commence à faire beaucoup pour notre électronique embarquée.

Je suis assez convaincu que le DCC n'est pas fait pour fonctionner avec un système de captation du courant aussi peu performant que le deux rails. Comment accepter de réunir deux systèmes, dont l'un est très performant sur le plan technologique (le DCC), et l'autre un héritage du passé, un système de captation du courant aussi mauvais? Nous voulons des boudins de plus en plus fins sur des rails eux aussi de plus en plus fins ce qui a pour conséquence de réduire les surfaces déjà faibles de prise de courant : sommes nous logiques dans notre démarche? Pour moi, c'est comme utiliser une F1 avec des pneus de 2cv ... ça va rouler mais pas au top ... :mdr2:

L'alimentation embarquée me semble nettement plus logique. Les batteries progressent et la qualité du courant mis à disposition par des batteries Lipo est quand même d'excellente qualité. Tout ceci me semble infiniment plus logique. Logique d'autant plus implacable que les batteries Lipo ont été justement développées pour nos appareils électroniques portables qui utilisent des composants très proches de ceux qu'utilisent protocab et pour une bonne et simple raison, protocab utilise des protocoles de micro-informatique portable (et non pas de radio commande / rien à voir) ... pour moi, la boucle est bouclée.

Alors oui, protocab c'est cher 'tiens, j'en ai encore mal à mon séant :ange3: ). Mais si on regarde bien, ce n'est pas beaucoup plus cher que le DCC. Le DCC de nos jours est produit de manière industrielle : pas protocab! Et pourtant les prix sont déjà très proches. Pourquoi? Parce que protocab utilise des solutions techniques déjà très au point pour des domaines grand public. Si demain un système protocab devait être développé par un industriel, le prix de nos machines serait nettement revu à la baisse (sauf si l'industriel se montre très gourmand évidemment ... mais c'est un autre débat :diable: ).
Là encore j'y vois un avenir, non plus pour des raisons technologiques mais pour des raisons de portefeuille. Soyons francs, notre hobby est hors de porté du plus grand nombre. Si demain l'électronique embarquée fait appelle à des solutions grand public, si demain nos voies sont faites en plastique injecté (donc plus fines et moins chères), si demain nos machines deviennent plus des maquettes à assembler que des modèles tout faits, si demain nos machines sont prévues pour recevoir protocab comme elles sont aujourd'hui prévues pour recevoir le DCC, alors ce nouveau système contribuera très certainement à populariser notre passion en la rendant, enfin, accessible au plus grand nombre.

Pour moi, c'est l'avenir de notre passion qui se joue. C'est pour ça que ce projet me motive autant. Nous sommes des pionniers. On va se casser la gueule, mais on va se relever. Nous avons tous, ici, des cheveux gris (enfin moi très peu ... faut dire aussi qu'il ne m'en reste plus beaucoup ... de cheveux ... :mdr2: ) il faut regarder les choses en face. LR essaye de relancer la chose avec le train in box. C'est très bien (j'ai fait de la lèche là ... :noel: ). Mais à mon avis ça se joue à un autre niveau. Et ce niveau, c'est le coût, la fiabilité et la souplesse d'utilisation de nos petits trains. On peut imaginer que demain des machines seront vendues avec leurs batteries intégrées comme c'est le cas pour certains jouets de nos jours. Vous déballez, vous posez, vous roulez, y compris sur la moquette du salon ...c'est maman qui va être contente! :mort:

Alors que l'on s'oppose sur le DCC ou le power on board, j'avoue ne pas le comprendre. Le problème n'est pas là. Ces deux systèmes seront d'ailleurs complémentaires à terme, j'en suis certain. Le problème c'est le système deux rails dans lequel nous restons enfermés. Or, le deux rails n'a jamais brillé par sa fiabilité et son prix bas ... bien au contraire et les gars qui font du 3 rails en sont les témoins vivants.

Enfin, et avantage indéniable. Si protocab communique sur la simplicité de câblage, c'est un point de vue que je ne partage pas. Le cablâge restera lourd car, sauf cas d'automatismes extrêmes, le plus lourd c'est la gestion des accessoires : aiguilles, feux, animations ... et pas l'alimentation de la voie.
En revanche, et protocab est compatible avec une exploitation analogique, DCC deux rails ou trois rails par plots et skys ou par caténaires. Cette souplesse, en fait un félin absolu qui pourra se glisser sur TOUS les réseaux. Et ça ... personne ne peux prétendre le contraire!

Pffffff ... j'étais bon là? :coeur1:
Protocabiste en herbe
Avatar de l’utilisateur
Kit
Bavard
 
Messages: 97
Inscrit le: Jeu 04 Oct 2018, 18:27
Echelle pratiquée: ho

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 21:28 
excellent !
une telle détermination force le respect
Trimarco232
Causant
 
Messages: 233
Inscrit le: Ven 23 Fév 2018, 14:02
Echelle pratiquée: HO
Prénom: marco

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 21:28 
Bon après ces propos forts sérieux que j'ai soumis à la réflexion collective, voici la séance détente, burlesque, vaudeville!

Image
Je commence par découper le caisson de la 63500. n'ayant pas des moyens techniques dignes de la Nasa, j'ai réalisé le travail ... avec une simple scie à métaux ... scie scie ... enfin non ... si si. Pil poil, je n'ai pas attaqué la vis de fixation du moteur.

Image
Je trace au feutre bleu la partie à éliminer pour y faire entrer , en partie, la batterie.

Image
Le but est qu'elle vienne s'insérer naturellement grâce à sa forme en escalier.

Image

J'en profite pour retirer les bords peu réalistes. Ce n'est pas obligatoire, c'est juste pour l'esthétique du futur caisson.

Image

Image

Image

Image

Youpii! Ca passe super bien! Je suis content content content!
Hein? Ahhh ben non allloooorrrrs!!! Le bogie vient buter sur la batterie! :cry:

Image

Et je ne peux pas avancer plus ma batterie sous peine d'attaquer la fixation du moteur ... manque 2.5 mm ... la poisse! :colere:
Image

Il va donc falloir retirer l'intégralité de la plaque là où se situent les marquage Roco made in austria. Bon, ben vous gagnerez du temps en le sachant! :mdr2:

Image


Image

Je viens fixer mon moteur. pas de problème, ce dernier reste parfaitement maintenu en position dans son berceau d'origine. On va placer l'accu non pas dans la longueur mais dans la largeur ... et là ... pfff c'est juste! Faudra s'appliquer sur le coffrage en carte plastique! :dodo:

Image
Un petit bout de scotch double faces juste pour la photo. Je vais réaliser un cadre de maintien soudé sur la châssis ou la batterie pourra coulisser librement sans toucher le moteur ... enfin j'espère!
Image
On referme, le câble parvient à la cabine pour y être connecté avec le module de contrôle ... la caisse se clipse sans problème mais que c'est juste!
Image
Protocabiste en herbe
Avatar de l’utilisateur
Kit
Bavard
 
Messages: 97
Inscrit le: Jeu 04 Oct 2018, 18:27
Echelle pratiquée: ho

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Lun 12 Nov 2018, 23:54 
Kit a écrit:Alors un grand merci pour vos soutiens. Ca me donne du courage et il va en falloir. Je vais vous montrer, dés que possible, mes premiers travaux ainsi que mes tâtonnements......

Pffffff ... j'étais bon là? :coeur1:


La je dis bravo et merci :applause:
Moi qui cherchais des arguments pour le Protocab, j'ai trouvé mon directeur du marketing :mrgreen:

Bon, blague a part, deux remarques:

*pourquoi ne pas supprimer la vis du moteur au réservoir, un bon double face fera l'affaire. Le moteur est déjà contenu en haut et en bas, il me parait impossible qu'il tourne sur lui-même :geek:

*ce qui m’amène a dire que cela libérera de la place pour loger la batterie en long, coffrage a refaire dans ce cas aussi.

Et pour la toiture et le contact cuivré, tu peut le glisser dans l'ouverture centrale de la toiture, le coller dessous, voir même le retailler jusqu’à concurrence d'1cm2, mais pas plus.
Pense aux connexion du module de recharge, en orientant le LCU du cote adéquat. Je vais demander confirmation si le module de charge peut etre séparé de la LCU, cela te permettra de ne garder que le câble. Restera a brancher le tout quand tu aura besoin de recharger.
Je contacte le boss a ce sujet. :geek:

Courage, tu y est presque :P
0% câblage, 100% autonome
Avatar de l’utilisateur
Protocab
 
Messages: 0
Inscrit le: Ven 01 Déc 2017, 10:14
Localisation: Scotland
Âge: 8
Echelle pratiquée: N,HO,O
Prénom: Nick
Club: Protocab

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mar 13 Nov 2018, 02:03 
Bravo KIT pour ce plaidoyer en faveur du "Power on Board". Le montage ne se fait pas sans quelques difficultés en raison du manque de place, mais cela avance bien en utilisant les grands moyens.
Bon courage pour la suite des opérations... chirurgicales sur la BB 63500 :)
Avatar de l’utilisateur
Aubrac
Loquace
 
Messages: 1062
Inscrit le: Sam 24 Oct 2009, 04:38
Localisation: Tahiti
Echelle pratiquée: H0 H0m H0e
Prénom: Marcel

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mar 13 Nov 2018, 19:17 
Alors, je suis toujours en cours de réflexion sur ce sujet. :gne:

Je ne suis pas pour la suppression de la vis du moteur. Certes le moteur est calé mais le double face, même de qualité ça fini par se détériorer, ça retient les cochonneries et sur un moteur chaud, ça risque fort de ne pas être au top.
Peut-être pourrais-je voir à diminuer l'épaisseur du bloc restant et recouper la vis ... faut voir. Mais je souhaite quand même garder un élément central relativement costaud pour la bonne tenue du châssis dans le temps.

Pour l'orientation du LCU, je vais voir ça une fois tous les éléments branchés.
Pour le contact cuivré, je ferai des essais pour voir si ça répond ou pas.
A ce propos, je trouve que le contact cuivré fait un peu gadget. Une mise en marche de la machine à distance depuis le boitier me semble largement suffisante.

Le prise de rechargement est également ennuyeuse.Ou vais-je bien pouvoir placer la prise de chargement? Là j'attends avec impatience le rechargement par induction et la suppression de cet élément. Je ne suis pas convaincu par l'autre système de rechargement prévu par Protocab (deux rails + palpeurs spécifiques). C'est moche ... et puis ça ne sera pas top à entretenir!

Je me posais une question tout bête. Admettons que mon réseau soit totalement dead rail sauf une partie pour le rechargement. Si je coupais le cordon de rechargement pour venir le souder sur les rails de rechargement. Puis sur les palpeurs de ma machine je poursuivrais en fait simplement ce fil coupé jusqu'au module de commande là où se branche le module de rechargement avec la pris pour l'espèce de mini jack? De fait dans mon rail j'aurais le courant sortie de tranfo de rechargement (500 mha / 5v) tout simplement ... hein? Possible ou pas?

Bon très honnêtement, je pense que je vais retirer les palpeurs. Je vais passer pour un puriste, mais je pense qu'il faut vraiment aller au bout de la démarche en oubliant toute idée de récupérer du courant (moteur / information / chargement) par le système deux rails ... poubelle le deux rails je vous dis! :mdr2:
Protocabiste en herbe
Avatar de l’utilisateur
Kit
Bavard
 
Messages: 97
Inscrit le: Jeu 04 Oct 2018, 18:27
Echelle pratiquée: ho

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mer 14 Nov 2018, 09:54 
Kit a écrit:
Je me posais une question tout bête. Admettons que mon réseau soit totalement dead rail sauf une partie pour le rechargement. Si je coupais le cordon de rechargement pour venir le souder sur les rails de rechargement. Puis sur les palpeurs de ma machine je poursuivrais en fait simplement ce fil coupé jusqu'au module de commande là où se branche le module de rechargement avec la pris pour l'espèce de mini jack? De fait dans mon rail j'aurais le courant sortie de tranfo de rechargement (500 mha / 5v) tout simplement ... hein? Possible ou pas?

En ce qui me concerne c'est "LA" solution !!
Le réseau en "rail inerte" et un élément de voie servant à la recharge, dans un dépot par exemple.... comme en vrai :mdr:
Mimiche77
Exubérant
 
Messages: 2832
Inscrit le: Mer 28 Mai 2008, 07:37
Localisation: Seine et Marne 77680
Echelle pratiquée: 0 (Zéro)

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mer 14 Nov 2018, 11:53 
Alors, je suis toujours en cours de réflexion sur ce sujet. :gne:

Je ne suis pas pour la suppression de la vis du moteur. Certes le moteur est calé mais le double face, même de qualité ça fini par se détériorer, ça retient les cochonneries et sur un moteur chaud, ça risque fort de ne pas être au top.
>>En effet, ca peut se dégrader avec la température le double face :?

Peut-être pourrais-je voir à diminuer l'épaisseur du bloc restant et recouper la vis ... faut voir. Mais je souhaite quand même garder un élément central relativement costaud pour la bonne tenue du châssis dans le temps.
>>Il y a les longerons, je ne pense pas que cela vrille le châssis ou le fragilise. Cependant, mieux vaut être prudent il est vrai

Pour l'orientation du LCU, je vais voir ça une fois tous les éléments branchés.
Pour le contact cuivré, je ferai des essais pour voir si ça répond ou pas.
A ce propos, je trouve que le contact cuivré fait un peu gadget. Une mise en marche de la machine à distance depuis le boîtier me semble largement suffisante.
>>Eh oui, rançon des premières conception. Ceci-dit, le morceau de cuivre n'est la que pour augmenter la surface de "contact", le fil seul marche aussi , du moment que tu touche directement avec le doigt. A toi de voir ou placer le point de contact. La V2 se passe de cet accessoire cheap :mrgreen:

Le prise de rechargement est également ennuyeuse.Ou vais-je bien pouvoir placer la prise de chargement?
>>Normalement, tu peut garder la LCU+fil de liaison, et tu branche ensuite le module prise de charge chaque fois que tu en as besoin. Je vérifie si ca marche, je recharge la loco et son boîtier en ce moment, j'ai pas utilisé le système depuis un bail :geek:

Là j'attends avec impatience le rechargement par induction et la suppression de cet élément. Je ne suis pas convaincu par l'autre système de rechargement prévu par Protocab (deux rails + palpeurs spécifiques). C'est moche ... et puis ça ne sera pas top à entretenir!
>>J'ai dis tout le bien que je pensait de cette option au boss, c'est revenir en arrière pour moi :mort: Et pis c'est moche :mrgreen:

Je me posais une question tout bête. Admettons que mon réseau soit totalement dead rail sauf une partie pour le rechargement. Si je coupais le cordon de rechargement pour venir le souder sur les rails de rechargement. Puis sur les palpeurs de ma machine je poursuivrais en fait simplement ce fil coupé jusqu'au module de commande là où se branche le module de rechargement avec la pris pour l'espèce de mini jack? De fait dans mon rail j'aurais le courant sortie de tranfo de rechargement (500 mha / 5v) tout simplement ... hein? Possible ou pas?
>>Si et seulement si tu repère les polarités. J'ai pas réussi a voir qui fait quoi car il faut couper un câble pour savoir qui est qui, car j'en ait jamais eut la demande :mrgreen: . Et prévoir un interrupteur pour mettre en route le système.Car, lorsque tu charge la loco, impossible de l'utiliser, cad l'actionner. (et moi qui disait qu'on réduis le câblage :mdr: .bon c'est un cas très particulier il est vrai)
Prendre le jus au passage, c'est la V2 une fois de plus. Mais avec ce set, tu as largement de quoi goûter au système et au concept. Et si tu veut la V2, tu pourra toujours utiliser tes LCU, tu renvois le boîtier et on t’envoie le nouveau (moyennant un avoir sur la différence de prix ). Donc tu ne jette rien, sauf le boitier. Et toute les locos que tu ne pourra pas équiper, la nouvelle LCU, celle en p9 du fil fera l'affaire. Il faudra juste séparer les V1 des V2 pour l'alimentation


Bon très honnêtement, je pense que je vais retirer les palpeurs. Je vais passer pour un puriste, mais je pense qu'il faut vraiment aller au bout de la démarche en oubliant toute idée de récupérer du courant (moteur / information / chargement) par le système deux rails ... poubelle le deux rails je vous dis! :mdr2:
>>Euh, faut quand-même garder les 2 rails hein, quoi-que :siffle:
0% câblage, 100% autonome
Avatar de l’utilisateur
Protocab
 
Messages: 0
Inscrit le: Ven 01 Déc 2017, 10:14
Localisation: Scotland
Âge: 8
Echelle pratiquée: N,HO,O
Prénom: Nick
Club: Protocab

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mer 14 Nov 2018, 19:08 
Protocab a écrit:>>Si et seulement si tu repère les polarités. J'ai pas réussi a voir qui fait quoi car il faut couper un câble pour savoir qui est qui, car j'en ait jamais eut la demande :mrgreen: . Et prévoir un interrupteur pour mettre en route le système.Car, lorsque tu charge la loco, impossible de l'utiliser, cad l'actionner.


Ben ça ne pourra jamais fonctionner car la machine peut subir un retournement au cours de se déplacements ... donc solution à oublier absolument! Merci pour la précision de la nature du courant car ça change tout! :wink:

En parlant de retournement, je me disais que protocab me faciliterait grandement la vie pour la gestion d'un pont tournant ... on n'y avait pas pensé, mais dans ce cas le gain est énorme! :applause: :siffle:

Protocab a écrit: Et si tu veut la V2, tu pourra toujours utiliser tes LCU, tu renvois le boîtier et on t’envoie le nouveau (moyennant un avoir sur la différence de prix ). Donc tu ne jette rien, sauf le boitier. Et toute les locos que tu ne pourra pas équiper, la nouvelle LCU, celle en p9 du fil fera l'affaire. Il faudra juste séparer les V1 des V2 pour l'alimentation [/b]


Euh là je n'ai pas tout suivi, faut que tu nous explique tout ceci plus clairement... :gne:

Bon, pour en revenir au module de chargement, j'ai peut-être une solution. Effectivement, on pourrait, dans l'absolu, s'en passer en venant le brancher juste quand on en a besoin sur le module de commande. Cependant, la prise utilisée pour le branchement sur le module de commande n'est pas prévue pour être branchée/débranchée. D'où le choix logique d'un minijack qui est plus prévu pour ce genre de manipulation...

La solution, consisterait à placer le module de chargement au même niveau que la batterie mais de l'autre côté de la vis de fixation du moteur en fixant le module électronique sur la traverse centrale qui restera après "nettoyage" ... faut que je prenne les cotes avant de me lancer dans cette nouvelle chirurgie du châssis, mais si ça passe, au bilan l'adaptation serait assez simple. Elle consiste à dégager à la scie le réservoir en gardant juste une traverse centrale, là où se situe la vis de fixation moteur ... moins de 30 minutes de travail avec une simple scie à métaux ...

Je vous tiens au parfum! :gne:
Protocabiste en herbe
Avatar de l’utilisateur
Kit
Bavard
 
Messages: 97
Inscrit le: Jeu 04 Oct 2018, 18:27
Echelle pratiquée: ho

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Mer 14 Nov 2018, 21:33 
bon pour l'instant je sèche. la prise de cotes n'est pas favorable à cette hypothèse, il manque ... encore, 2.5 mm pour que ça passe avec le bogie!
Je continue de me creuser les méninges mais je pense qu'on va devoir ce passer du module de rechargement. :?
Protocabiste en herbe
Avatar de l’utilisateur
Kit
Bavard
 
Messages: 97
Inscrit le: Jeu 04 Oct 2018, 18:27
Echelle pratiquée: ho

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Jeu 15 Nov 2018, 10:18 
Kit a écrit:
Protocab a écrit:>>Si et seulement si tu repère les polarités. J'ai pas réussi a voir qui fait quoi car il faut couper un câble pour savoir qui est qui, car j'en ait jamais eut la demande :mrgreen: . Et prévoir un interrupteur pour mettre en route le système.Car, lorsque tu charge la loco, impossible de l'utiliser, cad l'actionner.


Ben ça ne pourra jamais fonctionner car la machine peut subir un retournement au cours de se déplacements ... donc solution à oublier absolument! Merci pour la précision de la nature du courant car ça change tout! :wink:

le retournement n'est pas un problème; ça se règle avec 1 pont de diodes acceptant 500mA dans la loc. (c'est pas gros, quoique là, la place .... :siffle:)
Par contre, si j'ai bien compris, il faut débrancher la batterie du reste du système pour la recharger et là c'est un gros point bloquant pour la recharge sur la voie :mort:
Mimiche77
Exubérant
 
Messages: 2832
Inscrit le: Mer 28 Mai 2008, 07:37
Localisation: Seine et Marne 77680
Echelle pratiquée: 0 (Zéro)

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Jeu 15 Nov 2018, 13:37 
En parlant de retournement, je me disais que protocab me faciliterait grandement la vie pour la gestion d'un pont tournant ... on n'y avait pas pensé, mais dans ce cas le gain est énorme! :applause: :siffle:
>>C'est dans l'idee

Euh là je n'ai pas tout suivi, faut que tu nous explique tout ceci plus clairement... :gne:
>>boitier V1 ne peut pas commander les LCU V2 mais boitier V2 peut commander les LCU V1

Bon, pour en revenir au module de chargement, j'ai peut-être une solution. Effectivement, on pourrait, dans l'absolu, s'en passer en venant le brancher juste quand on en a besoin sur le module de commande. Cependant, la prise utilisée pour le branchement sur le module de commande n'est pas prévue pour être branchée/débranchée. D'où le choix logique d'un minijack qui est plus prévu pour ce genre de manipulation...
>>Yep, mais faire fonctionner sans ce module, en ne gardant que la prise, ca marche. LCU+cable du module de charge. Tu ne branche que quand tu as besoin de recharger. C'est pour les cas exceptionnel, comme cette loco ou la place est ultra limité. Pas vraiment besoin si tu arrive a l'integrer dans la loco, 99% des cas


La solution, consisterait à placer le module de chargement au même niveau que la batterie mais de l'autre côté de la vis de fixation du moteur en fixant le module électronique sur la traverse centrale qui restera après "nettoyage" ... faut que je prenne les cotes avant de me lancer dans cette nouvelle chirurgie du châssis, mais si ça passe, au bilan l'adaptation serait assez simple. Elle consiste à dégager à la scie le réservoir en gardant juste une traverse centrale, là où se situe la vis de fixation moteur ... moins de 30 minutes de travail avec une simple scie à métaux ...

Je vous tiens au parfum! :gne:
>>Pas de problème, que des solutions :mrgreen:
0% câblage, 100% autonome
Avatar de l’utilisateur
Protocab
 
Messages: 0
Inscrit le: Ven 01 Déc 2017, 10:14
Localisation: Scotland
Âge: 8
Echelle pratiquée: N,HO,O
Prénom: Nick
Club: Protocab

Re: La radiocommande, contrôle numérique des trains du futur

Publié: Jeu 15 Nov 2018, 13:41 
Mimiche77 a écrit: Par contre, si j'ai bien compris, il faut débrancher la batterie du reste du système pour la recharger et là c'est un gros point bloquant pour la recharge sur la voie :mort:


Nope, la prise de charge, l'infameux Jack est la pour ca :mrgreen: . La batterie, on la bouge quand elle a fini son cycle, d'ici tres longtemps d’après les calculs savant en utilisation épisodique semi-intensive :ugeek:
Et vu les progrès dans ce domaine, il y aura de + en + de capacité. Je viens de recevoir le dernier modèle a 1050mAh, c'est la même taille que les 870mAh 8)
0% câblage, 100% autonome
Avatar de l’utilisateur
Protocab
 
Messages: 0
Inscrit le: Ven 01 Déc 2017, 10:14
Localisation: Scotland
Âge: 8
Echelle pratiquée: N,HO,O
Prénom: Nick
Club: Protocab

PrécédentSuivant

Retour vers Loco-Revue

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 32 invité(s)